Une taxe sur les chevaux et les piscines pour limiter l'impact de la fermeture d'ArcelorMittal

24/02/14 à 13:50 - Mise à jour à 13:50

Source: Le Vif

À Oupeye, la fermeture de la phase à chaud d'ArcelorMittal représente une perte annuelle de 6 millions d'euros de taxes, sur un budget total de 30 millions. La commune dispose d'une réserve de 8 millions, mais elle tente de trouver des solutions pour ne pas vider trop rapidement son bas de laine. Deux nouvelles taxes, dont l'une porte sur les chevaux d'agrément, ont ainsi vu le jour.

Une taxe sur les chevaux et les piscines pour limiter l'impact de la fermeture d'ArcelorMittal

© Image Globe

"On a fait tout ce qu'on a pu pour réduire les frais de fonctionnement, mais on a aussi cherché quelques petites taxes à gauche et à droite", explique le bourgmestre Mauro Lenzini.
Si certaines taxes ont été augmentées, deux autres ont été créées: l'une porte sur les piscines privées (elle devrait rapporter 30.000 euros) et l'autre sur les chevaux d'agrément (99 euros par an par cheval, pour un gain estimé à 11.000 euros).

Cette dernière taxe suscite des remous. Une pétition a été lancée en ligne et a récolté 890 signatures, tandis que 221 lettres ont été adressées aux autorités. Les auteurs estiment que les propriétaires de chevaux ne sont pas toujours riches et qu'il est injuste de les taxer.

Jeudi dernier, lors du conseil communal, l'opposition MR a remis cette pétition au Collège. Mais le bourgmestre ne change pas d'avis. "Cela revient à 8 euros par mois, je ne pense pas que c'est ça qui va mettre à mal le budget d'un ménage qui possède un cheval. En mettant ces taxes bout à bout, cela permettra d'utiliser plus lentement nos réserves".

Si la taxe sur les piscines privées est plus répandue, celle sur les chevaux d'agrément n'est actuellement pratiquée que dans 5 autres communes liégeoises (Amay, Comblain, Dison, Flémalle et Butgenbach) et c'est à Oupeye qu'elle est la plus onéreuse.

En savoir plus sur:

Nos partenaires