Une sénatrice du Vlaams Belang ne peut utiliser le travail d'une étudiante

25/10/13 à 15:17 - Mise à jour à 15:17

Source: Le Vif

Le juge des référés d'Anvers a rappelé à l'ordre vendredi la sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch. Elle ne peut pas utiliser le matériel de sa campagne "Les femmes contre l'islamisation" ("Vrouwen Tegen Islamisering"), car elle se base sur un travail de l'étudiante canadienne Rosea Lake.

Une sénatrice du Vlaams Belang ne peut utiliser le travail d'une étudiante

© BELGA

L'élue avait utilisé ce travail pour sa campagne sans en demander l'autorisation, ce qui constitue une violation du droit d'auteur, selon le juge des référés. Si la campagne est distribuée ou publiée, la sénatrice risque une amende de 1.000 euros par infraction.

Anke Van dermeersch avait déjà dû modifier son matériel de campagne après une plainte du créateur de chaussures Christian Louboutin, mais le juge des référés a considéré que la nouvelle version se basait toujours sur le travail de la jeune canadienne.

La sénatrice fait appel

La sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch a décidé d'interjeter appel contre la décision du juge des référés d'Anvers, indique son parti vendredi dans un communiqué de presse.
Elle dénonce "une décision politiquement motivée" et ajoute qu'elle continuera à "résister contre l'islamisation de nos rues et de nos quartiers".

Selon la décision du juge des référés, l'élue a utilisé le travail de l'étudiante canadienne Rosea Lake pour sa campagne "Vrijheid of islam" sans en demander l'autorisation, violant ainsi le droit d'auteur. Anke Van dermeersch avait d'ailleurs reconnu s'être inspirée du travail de la Canadienne.

Mais la sénatrice interjette appel car, à l'époque, Rosea Lake n'avait pas encore 19 ans et n'était par conséquent pas en mesure d'engager une action judiciaire, selon la législation canadienne. "Je défends la dignité et la liberté des femmes qui sont sous la pression de la présence croissante de l'islam dans notre société", indique-t-elle. "Je ne suis pas impressionnée par les jugements politiquement motivés."

Nos partenaires