Une rue ou une place Lumumba à Liège?

25/04/18 à 21:27 - Mise à jour à 21:27

Source: Belga

Le PTB liégeois souhaite que la Ville de Liège baptise une rue ou une place du nom de l'ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba. La demande sera transmise à la commission toponymie chargée de rendre un avis quant à la dénomination de rues ou lieux, a indiqué mercredi Willy Demeyer, bourgmestre de Liège.

Une rue ou une place Lumumba à Liège?

© BELGA

Alors que le conseil communal de la Ville de Bruxelles vient de voter l'attribution du nom de l'ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba à un square qui sera inauguré fin juin à l'entrée du quartier de Matonge, le PTB liégeois souhaite que Liège fasse de même, estimant qu'il s'agit d'une "figure majeure de la décolonisation".

En 2001, une commission parlementaire avait été constituée afin d'établir les circonstances exactes de son assassinat et l'implication éventuelle des responsables politiques belges. Elle avait conclu que certains membres du gouvernement belge et d'autres acteurs belges avaient une responsabilité morale dans les circonstances qui ont mené à la mort de Patrice Lumumba.

"Lumumba n'est pas étranger à notre ville de Liège puisqu'il s'y est rendu à de multiples reprises, notamment en 1956, 1959 et 1960. Il y avait de nombreux amis comme le libéral Auguste Buisseret et les communistes Marcel Levaux et Jules Raskin. Un échevin liégeois de la Culture, Paul Renotte, a même réalisé une oeuvre à son effigie pour la couverture d'un livre publiant les lettres de Lumumba", souligne le député fédéral PTB Raoul Hedebouw, ajoutant que la ville de Charleroi a rebaptisé une rue du nom de Lumumba en décembre 2017.

sa part, le bourgmestre de Liège ne se montre pas opposé mais précise que la demande sera transmise à la commission toponymie de la Ville. "Celle-ci se compose de délégués des groupes, de personnes extérieures compétentes en la matière et d'agents communaux qui donnent un avis quand il s'agit de dénommer des rues ou lieux. La demande du PTB sera donc traitée comme on le fait toujours en pareil cas", conclut Willy Demeyer.

Belga

Nos partenaires