Une plate-forme pour modérer les commentaires des articles de presse

26/10/16 à 13:29 - Mise à jour à 13:31

Source: Belga

(Belga) Une plate-forme commune modère désormais les commentaires des internautes sous les articles et sur les pages Facebook de plusieurs titres de presse francophones, a annoncé mercredi l'alliance des médias d'information Lapresse.be, en présence du ministre des Médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt. Baptisé "Moderatus", cet outil permet de supprimer rapidement les messages offensants ou illégaux.

Une plate-forme pour modérer les commentaires des articles de presse

Une plate-forme pour modérer les commentaires des articles de presse © BELGA

La plate-forme est opérationnelle depuis environ deux mois et finalise actuellement l'intégration de l'ensemble des titres de presse qui ont adhéré au système. Au total, 12 sites et 31 pages Facebook appartenant à cinq médias francophones (Le Soir, La Libre Belgique, L'Avenir, la DH, SudPresse) seront surveillés par une douzaine de modérateurs travaillant pour la société française Netino, spécialisée dans la modération de contenu. D'autres médias pourraient ensuite rejoindre la plate-forme. "Les éditeurs s'inquiétaient de la dérive de certaines discussions et des multiples messages nauséabonds sur les pages Facebook, qui engagent leur responsabilité morale", explique Daniel Van Wylick, président de Lapresse.be. "Ce système met en place des règles pour assainir les débats et encourager les commentaires de qualité." De 8h à minuit, sept jours sur sept, l'équipe de modérateurs supprime les commentaires illégaux (racistes, pédophiles, diffamatoires ou faisant l'apologie du terrorisme entre autres), les messages insultants ou les spams en fonction de la charte de modération personnalisée pour chaque rédaction. "Certaines ont adopté une charte plus restrictive mais elles se basent sur le même tronc commun", précise Daniel Van Wylick. En septembre, quelque 300.000 commentaires ont été traités et le taux de rejet a atteint près de 10%. Plus de la moitié des messages supprimés (52%) contenaient des injures ou des propos agressifs. "Il était important d'évaluer comment éviter les dérapages qui occultent l'immense utilité des forums et des supports digitaux des médias", a commenté le ministre Jean-Claude Marcourt, qui s'est réjoui de la mise en place du système. (Belga)

Nos partenaires