Une plate-forme interactive d'apprentissage des langues

20/11/13 à 16:18 - Mise à jour à 16:18

Source: Le Vif

Bruxelles propose désormais aux demandeurs d'emploi de la capitale une plate-forme interactive d'apprentissage des langues via le web. Basée sur des tests de niveau de compétence, elle permet à chacun d'évoluer à son rythme et bénéficiera de mises à jour régulières.

Une plate-forme interactive d'apprentissage des langues

© Belga

A Bruxelles, 90% des chômeurs sont unilingues. Actiris et Bruxelles formation se sont associés pour le coup à Altissia pour faire de "Brulingua" un nouvel outil de référence aux côtés d'autres initiatives existantes en matière de formation en langue (chèques langues, tests langues, formation en langues orientées métier, etc.), pierre angulaire de la remise au travail de milliers de chômeurs bruxellois.

En 2012, 3.000 chercheurs d'emploi ont bénéficié d'un module de langue orienté métier via Bruxelles formation. La mise en ligne de Brulingua a été annoncée mercredi par les ministres de l'Emploi, Céline Fremault, et de la Formation professionnelle, Rachid Madrane. Le gouvernement régional bruxellois a dégagé pour ce faire un subside de 300.000 euros. La plate-forme d'auto-apprentissages offre le choix de quatre langues: le néerlandais, l'anglais, l'allemand et le français.

Au menu: compréhension à l'audition, compréhension à la lecture, expression écrite et expression orale. Les cours proposés sont multimédias, interactifs, et basés sur des situations authentiques de la vie quotidienne et professionnelle. On y accède à des tests récapitulatifs réalisés par des linguistes, à du vocabulaire, à des vidéos d'actualité modifiées chaque jour. Conditions de base: être inscrit comme chercheur d'emploi, que l'on soit sans emploi ou non, chez Actiris, une inscription via le portail mon Actiris, ou l'antenne Actiris la plus proche, disposer d'un ordinateur avec un accès à internet et d'une adresse e-mail. Selon Rachid Madrane, la plate-forme est testée dans un premier temps auprès des demandeurs d'emploi, mais le gouvernement bruxellois souhaite la rendre accessible dès l'an prochain à d'autres publics, à commencer par les élèves et les enseignants des écoles bruxelloises.

Nos partenaires