Une majorité avec le MR seul côté francophone? Charles Michel tempère

15/06/14 à 20:14 - Mise à jour à 20:14

Source: Le Vif

Le président du Mouvement Réformateur (MR), Charles Michel, a tenu dimanche à quelque peu dissiper les rumeurs annonçant une possible majorité au fédéral avec le seul MR côté francophone.

Une majorité avec le MR seul côté francophone? Charles Michel tempère

© Image Globe

A ce stade des discussions politiques, "aucune proposition opérationnelle concrète" n'a été soumise au MR, a indiqué Charles Michel, invité dimanche midi sur les plateaux de la RTBF, puis de RTL-TVI.

"Si à un moment donné on devait nous faire une proposition, nous prendrions nos responsabilités en donnant une réponse", a ajouté le patron des réformateurs.

Sur la RTBF, le président du MR a toutefois précisé que les commentaires actuels autour des négociations étaient marquées par beaucoup "d'hypothèses, d'intoxications et de bluff dans tous les sens".

Il n'a d'ailleurs pas écarté l'un ou l'autre surprise politique pour l'avenir. "Tous les rebondissements sont possibles", a-t-il averti.

La participation du seul MR au gouvernement fédéral ne pourrait toutefois numériquement se faire sans l'appoint de l'Open-Vld.

Interrogé à ce sujet dimanche sur VTM, le chef de file bruxellois de ce parti, Guy Vanhengel, a toutefois rappelé que son parti entendait siéger à tous les niveaux de pouvoirs, ou nulle part.

Selon lui, l'entrée éventuelle de l'Open Vld au fédéral est rejetée par le CD&V qui redoute de voir alors la famille libérale être la plus grande de cette coalition. Une situation qui lui ouvrirait la voie du 16 rue de la Loi, ce dont les chrétiens démocrates flamands ne veulent pas entendre, d'après Guy Vanhengel.

Celui-ci a d'ailleurs affiché ses craintes quant à la tournure des négociations. "Vu la manière dont elles se déroulent actuellement, je pense que le danger est grand de voir la situation s'enliser comme en 2007 (...) et que nous soyons partis pour une très longue formation au niveau fédéral."

La prochaine échéance est fixée à mardi. L'informateur royal Bart De Wever est alors attendu au Palais royal pour remettre son rapport final au souverain. Dimanche, certains spéculaient toutefois sur une éventuelle prolongation de sa mission.

Mardi dernier, l'informateur royal était déjà attendu au Palais pour y remettre ses conclusions finales, ce qui ne l'avait toutefois pas empêché de voir sa mission étendue d'une semaine.

Quant à l'avancement des discussions, on se refusait dimanche de toutes parts au moindre commentaire.

En savoir plus sur:

Nos partenaires