Une instruction dans un dossier de maltraitance animale à Lessines

10/05/16 à 17:52 - Mise à jour à 17:52

Source: Belga

(Belga) Les autorités judiciaires de Tournai-Mons ont opéré mardi matin une descente chez un particulier soupçonné de maltraitance animale à Ogy (Lessines). Déjà condamné à plusieurs reprises pour des faits de même nature, le propriétaire des animaux sera entendu mardi soir par un juge d'instruction. Les animaux ont été saisis et placés.

Une instruction dans un dossier de maltraitance animale à Lessines

Une instruction dans un dossier de maltraitance animale à Lessines © BELGA

En avril dernier, à la suite d'une enquête de la police de la zone des Collines, une instruction a été ouverte auprès de la juge Mme Pichoueque à l'encontre de Pascal D., soupçonné de maltraitance animale mais aussi d'employer illicitement du personnel. Les policiers avaient trouvé sur place un Roumain en situation illégale en matière d'emploi. Dans le cadre de cette enquête, la juge d'instruction, des membres de la PJF de Tournai et du laboratoire scientifique ainsi que des représentants de l'AFSCA ont opéré mardi matin une visite domiciliaire. "A 07h40, le propriétaire des animaux, un homme âgé de 37 ans, a été privé de liberté, puis a été entendu par la police judiciaire. Il sera déféré ce soir devant la juge d'instruction", indiquait mardi après-midi Frédéric Bariseau, substitut du procureur du roi de Tournai. Sur place, les enquêteurs ont découvert des équidés dont l'état de santé était lamentable. Un cheval et deux poneys étaient morts. Les policiers ont aussi mis la main sur des oiseaux et des chiens en piteux état, dont une chienne qui venait de mettre bas. Tous les animaux, qui avaient fait l'objet d'un achat, ont été judiciairement saisis et placés dans des refuges. Le propriétaire n'était pas un inconnu de la justice. Pour des faits de même nature, il avait déjà condamné en 2005, 2009 et 2012. En 2012, devant la cour d'appel de Mons, il avait écopé d'une peine de 16 mois, avec sursis. La juge d'instruction a d'ores et déjà désigné un vétérinaire. S'il est placé sous mandat d'arrêt pour infraction à la loi sur le bien-être des animaux, l'individu risque devant un tribunal correctionnel une peine allant d'une amende à une peine d'emprisonnement. (Belga)

Nos partenaires