Un syndicaliste se suicide et dénonce Mittal

15/10/13 à 07:06 - Mise à jour à 07:06

Source: Le Vif

Alain Vigneron, un travailleur d'ArcelorMittal militant au sein de la FGTB, a mis fin à ses jours samedi en région liégeoise, deux ans jour pour jour après l'annonce de la fin de la phase à chaud à Liège. Dans une lettre d'adieu, il dénonce le comportement de Lakshmi Mittal et l'inaction des autorités publiques, révèlent mardi SudPresse, Le Soir et Het Nieuwsblad.

Un syndicaliste se suicide et dénonce Mittal

© Reuters

L'homme laisse derrière lui une femme, dont il était récemment séparé, et une fille. "Ma petite femme et ma fille, je veux que vous sachiez que je vous aime mais Monsieur Mittal m'a tout repris: la fierté, la politesse et le courage de me battre pour ma famille", écrit notamment Alain Vigneron.

Dans sa lettre, l'homme de 45 ans pointe aussi du doigt les autorités politiques: "Je me bats depuis 31 ans... Cher gouvernement, allez-vous enfin sauver les milliers d'emplois des familles qui en valent la peine?"

Alain Vigneron a émis le souhait que ses derniers mots soient lus lors de ses funérailles afin de sensibiliser la population au sort des travailleurs d'ArcelorMittal.

De plus longs passages de la lettre d'Alain Vigneron:

"Chère famille, je vous dis mes derniers mots.

Je veux que vous respectiez ma femme et ma fille. Elle n'y sont pour rien. Je les ai fait souffrir énormément à cause de mon boulot pour monsieur Mittal. Il m'a tout pris, mon emploi, ma famille. Combien de familles va-t-il encore détruire? Moi je n'en peux plus de ce milliardaire. Vous savez, je me bats depuis 31 ans pour avoir un petit quelque chose et voilà, je vais perdre mon emploi et combien de familles vont le perdre, monsieur Mittal?

Cher gouvernement, allez vous enfin sauver les milliers d'emplois des familles qui en valent la peine?

Ma petite femme et ma fille, je veux que vous sachiez que je vous aime mais monsieur Mittal m'a tout repris: la fierté, la politesse et le courage de me battre pour ma famille.

Et que la presse soit au courant de mon acte. J'ai fait des panneaux, je voudrais qu'ils soient à l'église, que tout le monde voie pourquoi j'ai mis fin à mes jours."

Nos partenaires