Un soldat tué lors de l'attaque d'un camp militaire indien au Cachemire

03/10/16 à 01:55 - Mise à jour à 01:57

Source: Belga

(Belga) Un soldat a été tué et un autre blessé dimanche soir, lors de l'attaque d'un camp militaire dans le Cachemire sous administration indienne, a annoncé la police locale.

Un soldat tué lors de l'attaque d'un camp militaire indien au Cachemire

Un soldat tué lors de l'attaque d'un camp militaire indien au Cachemire © BELGA

"Un homme de la BSF (force de sécurité aux frontières) a été tué et un autre blessé", a indiqué à l'AFP Imtiyaz Hussain Mir, chef de la police de Baramulla, la ville du Cachemire où s'est déroulée l'attaque, trois jours après de nouveaux affrontements entre Inde et Pakistan qui se disputent cette région himalayenne. Les rebelles, dont le nombre n'a pas été précisé, n'ont pas réussi à pénétrer dans le périmètre du camp, situé à l'extérieur de la ville, à une cinquantaine de kilomètres de Srinagar. L'armée a de son côté indiqué sur Twitter que l'"incident" était sous contrôle et que les tirs avaient cessé. L'armée n'a pas précisé si des assaillants avaient été tués ou faits prisonniers. "Des terroristes ont ouvert le feu sur un camp de l'armée à Baramulla", avait indiqué auparavant le colonel Rajesh Kalia à l'AFP. Selon les medias locaux citant des habitants, on pouvait entendre des tirs résonner bruyamment en provenance du camp. Les tensions se sont brusquement aggravées cette semaine entre les deux puissances nucléaires après l'annonce jeudi par l'Inde de frappes qualifiées de "chirurgicales" contre des positions de rebelles séparatistes, situées du côté pakistanais de la Ligne de démarcation qui sépare le Cachemire indien du Cachemire pakistanais. Islamabad a dénoncé "une agression" qui a coûté la vie à au moins deux de ses soldats. L'opération militaire indienne était intervenue à la suite de l'attaque le 18 septembre d'une base indienne au Cachemire où 19 soldats ont trouvé la mort, la plus meurtrière dans la région depuis plus d'une décennie. L'Inde a procédé vendredi à l'évacuation de milliers d'habitants de localités frontalières du Pakistan par crainte de représailles. La partie du Cachemire contrôlée par l'Inde est le théâtre depuis des décennies d'une rébellion de groupes séparatistes soutenus selon New Delhi par le Pakistan. (Belga)

Nos partenaires