Un référendum écossais, "un précédent intéressant" pour De Wever

26/06/16 à 15:32 - Mise à jour à 15:31

Source: Belga

Le président de la N-VA, Bart De Wever ne doute pas que l'Ecosse organisera un referendum sur son maintien dans la Grande-Bretagne après le choix britannique de sortir de l'Union européenne. Le nationaliste flamand y voit un "précédent intéressant".

Un référendum écossais, "un précédent intéressant" pour De Wever

Bart De Wever © BELGA

A lire aussi: "Le Royaume-Uni pour lequel l'Ecosse a voté en 2014 n'existe plus"

Vendredi, la première ministre écossaise a annoncé que les conditions qui avaient présidé au referendum de 2014 -lors duquel les Ecossais avaient choisi de rester dans le Royaume-Uni- étaient fondamentalement modifiées et que la question d'une nouvelle consultation était sur la table, l'Ecosse ayant majoritairement voté en faveur du maintien dans l'UE.

"Je pense que les Ecossais le feront et qu'ils gagneront, et que le Royaume-Uni n'aura pas seulement dissous l'Union européenne mais se sera aussi dissous lui-même", a expliqué M. De Wever sur le plateau de l'émission "De Zevende Dag" (VRT).

Le président du premier parti de Belgique ne voit pas d'un bon oeil l'organisation d'une consultation sur l'UE en Belgique (que seul propose jusqu'à présent le Vlaams Belang). Il n'est d'ailleurs pas un chaud partisan des referendum.

"Cela me paraît être une idée stupide. Je suis d'ailleurs contre les referendum. Soumettre des questions compliquées aux gens sous la forme de oui ou non, je ne pense pas que ce soit intelligent. Car on a des gens qui votent pour des tas de raisons, souvent plus avec le coeur qu'avec la tête. Et ensuite, il faut réparer les dégâts."

"Entre Wallons et Bruxellois, on s'en sortira très bien"

Dès vendredi, les jeunes N-VA ont appelé à l'indépendance de la Flandre sur Twitter. "Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne. Quand la Flandre quitte-t-elle la Belgique ?", ont-ils demandé en comparant les transferts de la Grande-Bretagne vers l'UE et ceux, selon leurs calculs, de la Flandre vers la Wallonie.

"S'ils veulent quitter, qu'ils quittent. Il n'y a pas de problème. Entre Wallons et Bruxellois, on s'en sortira très bien", a répliqué le ministre-président wallon, Paul Magnette (PS) sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi), avant d'insister sur le caractère illusoire d'un Belxit: 8 Flamands sur 10 disent vouloir rester en Belgique.

Nos partenaires