Un PV prouve qu'il existait des quotas d'interpellations au parc Maximilien

21/12/17 à 06:40 - Mise à jour à 07:47

Source: Belga

Un rapport dressé par un dirigeant de la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles, consulté par La Libre Belgique et La Dernière Heure , prouve qu'il existait des quotas d'arrestations de migrants à Bruxelles, rapportent les quotidiens jeudi.

Un PV prouve qu'il existait des quotas d'interpellations au parc Maximilien

© Belga

La copie du rapport dressé par un dirigeant de la zone de police de Bruxelles­-Capitale-­Ixelles, à l'issue de la réunion préparatoire "relative aux actions imposées par les autorités dans le parc Maximilien" du 4 septembre 2017 est parvenue à l'avocat Alexis Deswaef, par ailleurs président de la Ligue des droits de l'homme.

"A l'occasion des actions quotidiennes, de 20 à 30 personnes sont arrêtées", dit le rapport. Lequel donne, dans la foulée, la liste des dates des opérations. Il est ensuite question de la "grande action" prévue pour le 21 septembre mais qui n'aura finalement pas lieu. On évoque l'installation de cinq points de contrôle et l'envoi de cinq bus cellulaires (à grande capacité). On peut aussi lire ceci : "estimation du nombre de personnes arrêtées? 250 interpellations".

Ce rapport "officiel", qui parle aussi d'une réunion d'évaluation des opé­rations, le 14 septembre, au cabinet Jambon, à la demande du cabinet du Premier ministre, vient confirmer les échanges électroniques en ce sens rapportés le 28 octobre par "La Libre Belgique" et le contenu d'un témoignage reçu par le président de la Ligue, qui avait saisi le procureur du Roi de Bruxelles.

Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N­VA) avait affirmé qu'il n'existe pas de quotas d'interpellations de migrants, interrogé alors à cet égard à la Chambre.

Nos partenaires