Un procès verbal contre Jambon pour une affaire de harcèlement à son cabinet

24/05/16 à 19:14 - Mise à jour à 19:14

Source: Belga

(Belga) Les services d'inspection du bien-être au travail ont dressé un procès-verbal contre le vice-Premier ministre N-VA Jan Jambon à la suite du harcèlement supposé d'une préposée à l'accueil de son cabinet par des agents de sécurité. Dans une déclaration commune, le ministre et la collaboratrice réfutent les informations selon lesquelles le ministre n'est pas intervenu dans ce dossier.

Un procès verbal contre Jambon pour une affaire de harcèlement à son cabinet

Un procès verbal contre Jambon pour une affaire de harcèlement à son cabinet © BELGA

L'hebdomadaire "Dag Allemaal" a révélé les faits mardi. La victime aurait été harcelée pendant des mois sans que le ministre ou d'autres responsables de son cabinet ne se manifestent. L'affaire est arrivée au SPF Emploi qui a constaté des infractions et rédigé un procès-verbal transmis depuis lors à l'auditorat général du travail. "Je veux souligner qu'il est faux de dire que le ministre n'a rien fait. Ma plainte ne concerne pas le ministre mais certains agents de sécurité externes", a expliqué la collaboratrice dans la déclaration. A la suite de plusieurs entretiens avec ses supérieurs hiérarchiques, la collaboratrice a été affectée à une nouvelle fonction. Le ministre insiste quant à lui sur les mesures immédiates qu'il dit avoir prises. Un entretien a eu lieu avec la société de gardiennage, qui a pris des mesures. Les personnes incriminées travaillent toutefois toujours au cabinet. Selon le porte-parole de M. Jambon, le procès-verbal rédigé vise l'absence de conseiller en prévention au cabinet, un problème qui toucherait la plupart des cabinets ministériels. Une reproduction du document dans les colonnes de "Dag Allemaal" montre pourtant qu'il est question de plusieurs infractions dont "l'absence de mesures pour mettre fin à des faits de violence, harcèlement ou comportement sexuel inadéquat au travail". La victime dit se sentir mieux même si elle éprouve parfois encore des difficultés sur le plan psychologique à la suite de cette affaire. La publication des informations dans la presse ne l'a pas aidée, a-t-elle confié. (Belga)

Nos partenaires