Un peu "biesses" les Liégeois ? La CSC demande des excuses

23/01/12 à 13:55 - Mise à jour à 13:55

Source: Le Vif

Le rapport du cabinet d'audit Laplace Conseil sur l'avenir de la sidérurgie liégeoise déplaît fortement à la CSC-Metal qui estime que "l'auteur de ce rapport devrait présenter des excuses publiques pour avoir insulté non seulement les organisations syndicales, mais aussi l'ensemble des Liégeois", selon Jordan Atanasov, président des Metallos de la CSC à Liège.

Un peu "biesses" les Liégeois ? La CSC demande des excuses

© Image Globe

Le syndicaliste fait allusion aux critiques violentes du rapport sur l'attitude des syndicats et des Liégeois dans le dossier sidérurgique.

Interrogé sur le rapport, Marcel Genet son auteur, lui-même originaire de la Cité ardente, avait, en effet, sur les ondes de La Première, trouvé "qu'ils sont un peu biesses", estimant que ces informations étaient déjà connues. "J'ai été très objectif et ferme avec l'ensemble des Liégeois - syndicats mais aussi direction".

La CSC-Metal pointe également les "nombreuses contradictions" du rapport. "On y dénonce clairement comme non-valables les raisons invoquées par ArcelorMittal pour fermer sa phase liquide tout en affirmant que le chaud n'a pas d'avenir à Liège", constate Jordan Atanasov.

Quant aux solutions préconisées par le rapport, elles sont imbuvables pour la CSC. "Le rapport préconise l'abandon de la phase à chaud liégeoise pour mener des investissements dans une aciérie électrique à Charleroi. Forcément, à Liège, on ne peut pas s'en satisfaire. Et de toute façon, ce n'est pas au cabinet d'audit de décréter un plan industriel", a poursuivi M. Atanasov.

Enfin, le syndicat s'étonne que Laplace Conseil n'ait pas attendu les conclusions de l'autre cabinet d'audit mis au travail par la Région. "C'est surprenant, car on risque d'avoir deux rapports contradictoires. Et cela, avec les insultes dont nous sommes l'objet, décrédibilise ce rapport et ses auteurs", a conclu le représentant du syndicat chrétien.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires