Un gouvernement sans Bruno Tobback et Alexander De Croo ?

27/11/11 à 00:06 - Mise à jour à 00:06

Source: Le Vif

La constitution d'un gouvernement est attendue dans les jours qui viennent, dans une semaine, voire dix jours, si l'on en croit les négociateurs du PS, du MR et du cdH qui ont conclu un accord sur les budgets 2012, 2013 et 2014 ainsi que sur une série de réformes structurelles. Mais l'index semble faire toujours débat.

Un gouvernement sans Bruno Tobback et Alexander De Croo ?

© Belga

"Si on a la même volonté politique, en une semaine, 10 jours, on peut conclure et avoir un gouvernement", a souligné le président du cdH, Benoît Lutgen, sur le plateau des journaux télévisés.

Un gouvernement sans Bruno Tobback et Alexander De Croo ? Le président du sp.a, Bruno Tobback, et son collègue de l'Open Vld, Alexander De Croo, n'ont pas l'intention de siéger dans le prochain gouvernement fédéral, ont-ils indiqué samedi sur le plateau de la VRT.

"Je ne monterai pas dans le gouvernement. C'est clair depuis le début. Je ne suis président du sp.a que depuis deux mois. Ce serait quand même insensé d'abandonner tout ça", a déclaré M. Tobback. "Ce que je fais pour le moment comme président de parti, je le fais volontiers. Et nous avons dans notre parti de très bons candidats", a dit pour sa part M. De Croo.

Un Budget difficile
"Nous avons fait un pas en avant extrêmement important mais, dans les heures qui viennent, il reste du travail", a expliqué le président du MR, Charles Michel. Et de faire remarquer que si, en termes politiques, le plus dur était derrière les négociateurs, il restait maintenant la lourde tâche de mettre en oeuvre les mesures décidées.

Chacun des représentants des trois partis a défendu l'accord conclu tout en reconnaissant qu'il s'agissait d'un budget "difficile". Les choses ont pris du temps, a reconnu la vice-première ministre PS, Laurette Onkelinx, mais la Belgique se distingue d'autres pays européens en ne frappant pas de manière aveugle.

"On aurait pu se mettre autour de la table et, comme dans d'autres pays, tout régler en une journée mais on n'aurait pas vu les personnes derrière les chiffres et les mesures", a-t-elle fait remarquer.

Le PS pourrait avoir maille à partir avec sa base syndicale, qui a grogné ces derniers jours. Mme Onkelinx se dit toutefois prête à défendre l'accord. "Je le ferai en toute responsabilité. Avec un budget comme ça, on sauve le pays, on sauve la sécurité sociale", a-t-elle précisé en insistant sur le combat mené par le PS, notamment pour préserver l'index.

De Croo ne lâche pas la réforme de l'index
Le président de l'Open Vld, Alexander De Croo, ne semble pas renoncer à l'idée de toucher à l'indexation des salaires. Une étude de la Banque nationale sur le sujet est toujours attendue et le président des libéraux flamands, n'a pas l'intention de la "ranger dans un tiroir", a-t-il expliqué samedi sur le plateau de la VRT. Selon M. De Croo, l'index n'est "provisoirement" pas adapté dans l'accord. Outre l'étude de la BNB, le libéral attend de voir quelles seront les remarques de la Commission européenne à l'égard de la Belgique.

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires