Un encerclement pour reprendre Mossoul pourrait commencer dans les "prochaines semaines"

24/09/16 à 01:17 - Mise à jour à 01:21

Source: Belga

(Belga) Le ministre britannique de la Défense Michael Fallon a dit vendredi s'attendre à ce qu'une opération d'encerclement visant, à terme, à reprendre Mossoul, la deuxième ville d'Irak, au groupe Etat islamique (EI), commence dans les "prochaines semaines".

Cette ville dans le nord de l'Irak, sur les bords du fleuve Tigre, constitue l'objectif suprême des forces irakiennes, soutenues par la coalition internationale menée par les Etats-Unis, dans la guerre contre les extrémistes de l'EI. "Il ne fait aucun doute que la défaite attend Daech. Nous sommes sur le point de libérer la dernière grande ville d'Irak, Mossoul", a déclaré à des journalistes M. Fallon, de retour à Londres après une visite de trois jours en Irak. "Mossoul est une ville grande et complexe, mais elle tombera, et tombera bientôt. Je m'attends à ce que l'opération pour son encerclement commence dans les prochaines semaines", a dit le ministre, précisant que les forces irakiennes se positionnaient en vue des opérations à venir. Celles-ci ont encore avancé jeudi avec la prise de Charqat, une ville à 80 km au sud de Mossoul située près des routes de ravitaillement qui devront être utilisées par l'armée lorsqu'elle lancera son offensive contre le bastion de l'EI. Le gouvernement irakien a promis de reprendre Mossoul aux djihadistes d'ici la fin de l'année et de hauts responsables militaires américains ont laissé entendre que l'offensive finale sur Mossoul pourrait débuter le mois prochain. Bagdad devra toutefois résoudre une multitude de défis, aussi bien politiques, militaires qu'humanitaires, avant une éventuelle victoire à Mossoul. Même si l'offensive finale était lancée le mois prochain, il faudra des semaines voire des mois avant que la ville tombe, estiment des experts. Michael Fallon a reconnu pour sa part que la chute de Mossoul ne signifierait pas pour autant la fin de l'EI en Irak, tout en estimant que le pays pourrait en être débarrassé "dans les prochains mois". (Belga)

Nos partenaires