Un élu PS passe au cdH sans rendre son mandat : "ni honorable, ni éthique"

26/08/15 à 15:00 - Mise à jour à 15:00

Source: Belga

"L'attitude de Christophe Capelle n'est pas honorable et n'est pas éthique par rapport au parti socialiste, aux militants et aux électeurs", a estimé mercredi Eliane Tillieux, cheffe de groupe PS, après l'annonce du choix du conseiller communal Christophe Capelle de quitter le PS pour rejoindre le cdH.

Un élu PS passe au cdH sans rendre son mandat : "ni honorable, ni éthique"

© Belga

"Près d'un tiers des Namurois ont voté pour le PS dont certains ont fait confiance à Christophe pour porter nos valeurs. Valeurs avec lesquelles il déclare ne plus être en phase. La conclusion va de soi: il doit rendre son mandat au PS et aller honnêtement chercher son mandat en 2018", a réagi Eliane Tillieux. Christophe Capelle s'était présenté comme candidat d'ouverture sous la bannière PS aux élections communales de 2012. Son score ne lui avait pas permis d'être élu directement conseiller communal. C'est en mai 2013 qu'il avait pu accéder à la fonction de conseiller communal comme suppléant. "C'est moi-même qui ai porté sa candidature dans nos troupes. Il a obtenu un score honorable de 801 voix peut-être un peu grâce à son réseau mais surtout parce qu'il a été accueilli par les militants du PS qui aujourd'hui comprennent mal son revirement", explique Eliane Tillieux. Pour elle et son groupe, Christophe Capelle devrait remettre son mandat de conseiller communal entre les mains du parti qui l'a accueilli. "S'il ne se sent plus en phase avec nos valeurs et avec les options que nous défendons au conseil communal, il est logique qu'il puisse remettre son mandat, continuer à travailler au plan politique, avec le cdH si c'est son choix, et repostuler en 2018 auprès des électeurs sur la liste cdH. Ce qui serait une attitude honorable et éthique". Pour le PS, Christophe Capelle n'a pas pu assumer le rôle ingrat et difficile qu'est celui d'un conseiller de l'opposition. "On critique le fait que certains s'expriment plus que d'autres au sein du PS mais je pense qu'il s'agit d'une question d'investissement personnel. Christophe a toujours pu s'exprimer au sein de nos réunions de groupe, du conseil communal et vis-à-vis des médias", a-t-elle ajouté. Enfin, Eliane Tillieux considère que le cdH tire profit du sentiment de malaise de Christophe Capelle pour égratigner le PS et que "cet échange n'est pas neutre politiquement".

"Je me suis trompé"

Christophe Capelle, désormais ancien conseiller socialiste, a annoncé mercredi lors d'une conférence de presse à Namur sa volonté de rejoindre le groupe cdH dans la majorité. Il est convaincu que ses valeurs de solidarité et de responsabilité s'exprimeront mieux au cdH aux côtés de Maxime Prévot et de son équipe en soutenant de manière constructive le nouvel élan donné à Namur. Christophe Capelle évoque un choix réfléchi et pas un coup de tête. "C'est un choix personnel. Il n'y a rien de contraint dans la démarche", a ajouté Maxime Prévot, soulignant entre autres l'entrain de Christophe Capelle à soutenir les projets de la Ville. "Je me suis trompé! Je ne peux pas rester encore trois ans à un endroit où je ne me sens pas bien", a déclaré Christophe Capelle. Il explique que cela fait déjà plusieurs mois qu'il n'est plus en phase avec l'attitude et les décisions du groupe socialiste qui pratique trop à son goût "la critique facile sans proposer de solution concrète". Christophe Capelle dit avoir toujours prôné un travail d'équipe qu'il n'a pas retrouvé dans le groupe PS regrettant certaines individualités. "Certains veulent être très grands, très forts, très vite". Il ne clashe néanmoins pas la cheffe de groupe socialiste, Eliane Tillieux. Certaines positions prises par le PS ne sont pas conformes à ses convictions profondes, dit-il. Il pense notamment à celles relatives au futur centre commercial au square Léopold. Et Christophe Capelle de citer Frédéric Laloux, Pierre-Yves Dupuis et Valérie Deom qui ont quitté les rangs du PS ou leur rôle de conseiller communal. "Il faut se poser des questions! Si on en arrive là, ce n'est pas par hasard", fait-il remarquer.

Nos partenaires