Un échevin de La Panne dénonce un "afflux massif de touristes-CPAS"

30/12/10 à 11:42 - Mise à jour à 11:42

Source: Le Vif

L'échevin des Finances de La Panne a violemment critiqué lundi, au conseil communal, les "Borains" qui s'installent dans cette commune balnéaire pour y bénéficier d'avantages sociaux, allant jusqu'à les qualifier de "parasites", rapporte jeudi Het Nieuwsblad.

Un échevin de La Panne dénonce un "afflux massif de touristes-CPAS"

© Belga

"Ces personnes ne viennent ici que pour s'allonger dans le filet social", a affirmé Serge Van Damme (Open Vld, en cartel avec le sp.a sur la liste VEDA qui a la majorité absolue à La Panne), lors des débats sur le budget communal 2011.

Il considère que La Panne est confrontée à un "afflux massif de touristes-CPAS, provenant essentiellement du Hainaut, du Borinage".

Interrogé par Het Nieuwsblad, il a toutefois chiffré cet "afflux" à "quelques dizaines de personnes par an", sur 10.600 habitants.

Ces personnes, selon lui, s'installent sur base d'un bail à court terme dans des appartements bon marché qu'elles doivent rapidement quitter, de sorte qu'elles bénéficient d'une priorité pour obtenir un logement social.

La Panne, malgré des moyens en baisse, doit débloquer 600.000 euros supplémentaires pour son CPAS, portant le total à 1,5 million.

Serge Van Damme affirme que les responsables de cette augmentation sont des "chômeurs de deuxième génération dépourvus de tout sens des responsabilités ou d'éthique du travail".

"Ils ne parlent que le français, ce qui ne fait qu'aggraver la francisation de La Panne", a-t-il ajouté, mêlant situation sociale et différences communautaires. "Pour eux, nous ne devons faire preuve d'aucune solidarité", a-t-il exhorté.

Le bourgmestre de La Panne Robert Butsraen (même liste VEDA, mais tendance sp.a) n'a pas condamné ces propos. Il les a qualifiés de "quelque peu exagérés". "C'est un libéral, parfois nos opinions divergent", a-t-il relativisé. "Cela doit rester en interne", juge-t-il encore.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires