Un détenu passé à tabac par des islamistes radicaux à la prison d'Ittre

07/11/16 à 16:45 - Mise à jour à 16:46

Source: Belga

(Belga) Le détenu Claude Silverans a été passé à tabac par des codétenus, samedi à la prison d'Ittre, après avoir livré un témoignage relatif à la radicalisation en prison sur RTL-TVI, a-t-on appris lundi d'une source syndicale, confirmant une information divulguée par Sudpresse. Le procureur du Roi du Brabant wallon annonce avoir ouvert une information judiciaire.

Alors qu'il profitait du préau de la prison d'Ittre, dans l'après-midi de samedi, le détenu Claude Silverans a été pris à partie par une dizaine de détenus islamistes radicalisés. Roué de coups de pieds, de poings et de boîtes de conserve, l'ancien braqueur a été sérieusement blessé. Transporté à l'hôpital, il a pu réintégrer l'établissement pénitentiaire dès le lendemain. Selon Sudpresse, l'agression est liée à l'intervention de la victime sur la chaîne télévisée RTL-TVI où, mercredi dernier, il a livré un témoignage sur la radicalisation en prison dans l'émission spéciale "13 novembre, de Paris à Molenbeek", présentée par Hakima Darhmouch et Harry Roselmack. Des détenus radicalisés l'auraient reconnu malgré le caractère anonyme du témoignage et auraient juré d'avoir sa peau. "Si les faits sont avérés, les auteurs présumés seront poursuivis devant le tribunal correctionnel", précise le procureur du Roi du Brabant wallon, auprès duquel a été ouverte une information judiciaire. Du côté de la chaîne télévisée privée, on ne souhaite pas confirmer ou infirmer ces informations. "Le témoin qui a participé à l'émission a demandé l'anonymat et nous le respecterons, cela va de soi", précise un porte-parole de RTL TVI, ajoutant qu'"il est regrettable qu'une émission puisse être la source d'un passage à tabac et que les faits évoqués démontrent la réalité de cette radicalisation". Les syndicats estiment quotidiens les problèmes liés à la radicalisation. "Des pressions morales et physiques sont continuellement exercées par les islamistes radicalisés et cette forme d'agressivité constitue une mouvance contre laquelle personne ne fait rien", regrette un délégué de la prison d'Ittre. (Belga)

Nos partenaires