Un cours de philosophie et citoyenneté en primaire dés la rentrée

07/07/16 à 18:22 - Mise à jour à 18:22

Source: Belga

(Belga) La commission Education du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé jeudi le projet de décret visant à mettre en oeuvre dès la rentrée scolaire prochaine le nouveau cours de philosophie et citoyenneté (EPC) dans l'enseignement primaire officiel.

Un cours de philosophie et citoyenneté en primaire dés la rentrée

Un cours de philosophie et citoyenneté en primaire dés la rentrée © BELGA

Après le décret d'octobre dernier définissant le contenu de l'EPC, le décret approuvé jeudi en commission s'attache lui aux modalités organisationnelles. Il détermine ainsi qui sera autorisé à donner le nouveau cours et fixe aussi une série d'incompatibilités. Le texte suscite depuis des mois les craintes des professeurs de morale et religions qui redoutent, avec le remplacement d'une des deux heures de cours convictionnels, de perdre dès la rentrée de nombreuses heures de cours. Pour tenter de les rassurer, le projet de décret fixe les règles de priorité dans l'attribution des heures d'EPC. Les professeurs nommés ou temporaire prioritaires, même s'ils ne disposent pas du titre requis, jouiront d'une préséance sur leurs collègues temporaires, même si ces derniers ont le titre requis, ce qui suscite pas mal de grincements de dents. Les profs nommés sans titre requis devront toutefois être au moins titulaire d'un bachelier et s'engager à suivre une formation continuée à la neutralité pour pouvoir enseigner l'EPC. Dans ce même souci de neutralité, un prof de morale ou religions ne pourra pas donner à la fois l'EPC et un cours convictionnel dans un même établissement scolaire, ce qui devrait logiquement amener les enseignants concernés à devoir se déplacer dans plusieurs écoles s'ils veulent conserver un horaire complet, soit une autre source de mécontentement. "Ce décret n'est peut-être pas la solution idéale", a reconnu jeudi la ministre de l'Education, Marie-Martine Schyns. "Mais il répond à un souci d'équité entre enseignants par rapport à l'emploi et à l'équilibre atteint entre syndicats et pouvoirs organisateurs. C'est un compromis entre les positions des différents acteurs...". (Belga)

Nos partenaires