Un cordon sanitaire "politique et médiatique" contre des partis comme Islam, plaide De Bue

24/04/18 à 17:47 - Mise à jour à 17:48

Source: Belga

(Belga) S'il est actuellement impossible, à moins de modifier la Constitution belge, d'interdire des partis politiques comme Islam qui défendent des valeurs absolument contraires à celles qui prévalent en Belgique, un cordon sanitaire "politique et médiatique" peut être mis en place et "davantage de pédagogie" doit être déployée pour combattre leurs idées, a affirmé mardi, en commission du Parlement de Wallonie, Valérie De Bue, la ministre wallonne en charge des Pouvoirs locaux.

Interrogée par le chef de groupe cdH au Parlement wallon, Dimitri Fourny, la ministre a rappelé que les partis politiques ne disposent pas de personnalité juridique, rendant leur interdiction difficile. Par ailleurs, a poursuivi Valérie De Bue, le parti Islam ne fait qu'énoncer un programme, une proposition sur un changement qu'il estime nécessaire sans enfreindre la loi actuelle, ce qui n'est pas punissable. "Pour interdire de tels partis, il faudrait modifier notre Constitution", a-t-elle encore indiqué. Le parti Islam, qui dispose pour l'instant de 2 conseillers communaux et qui compte se présenter dans 28 communes en Wallonie et à Bruxelles lors des élections communales du 14 octobre prochain, a affirmé avoir pour objectif d'établir en Belgique une "démocratie islamiste", basée sur la charia. (Belga)

Nos partenaires