Un condamné à mort exécuté au Japon

11/11/16 à 08:24 - Mise à jour à 08:26

Source: Belga

(Belga) Un condamné à mort a été exécuté vendredi au Japon, première mise à mort dans le pays depuis le mois de mars et 17e depuis le retour au pouvoir du Premier ministre conservateur Shinzo Abe il y a quatre ans.

Kenichi Tajiri, 45 ans, reconnu coupable des meurtres de deux femmes lors de cambriolages en 2004 et 2011, a été pendu à l'aube, sur approbation du ministre de la Justice, Katsutoshi Kaneda, a annoncé le gouvernement. "Il s'agit d'affaires extrêmement brutales qui ont causé une infinie tristesse aux familles des victimes", a déclaré M. Kaneda lors d'un point presse. "J'ai décidé d'ordonner l'exécution après mûre réflexion". C'est la deuxième fois qu'est exécuté un homme jugé par une cour comprenant des citoyens ordinaires aux côtés de magistrats professionnels, un système instauré en 2009. Le Japon et les Etats-Unis sont les seules démocraties industrialisées à appliquer la peine capitale, une pratique régulièrement dénoncée par les associations internationales de défense des droits de l'Homme. Celles-ci fustigent en outre un système nippon cruel car les condamnés peuvent attendre des années en isolement et ne sont informés du moment de leur exécution que quelques heures avant. Actuellement, 128 prisonniers patientent dans le couloir de la mort, selon les chiffres cités dans la presse. Le plus célèbre d'entre eux est Shoko Asahara, gourou fondateur de la secte Aum Vérité Suprême, condamné à la peine capitale en 2004 pour un attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo (13 morts et plus de 6.000 blessés) en 1995 ainsi que pour 15 autres homicides. Au total, 13 membres d'Aum, secte qui attira jusqu'à 10.000 fidèles, ont été condamnés à la peine capitale pour cette attaque, mais n'ont pas encore été exécutés. (Belga)

Nos partenaires