Un Brésilien de 19 ans avoue le meurtre de sa famille en Espagne

21/10/16 à 21:25 - Mise à jour à 21:28

Source: Belga

(Belga) Un Brésilien de 19 ans, soupçonné d'avoir découpé en morceaux des membres de sa famille en Espagne, a avoué être l'auteur des meurtres, ont annoncé vendredi des médias.

François Patrick Nogueira Gouveia était revenu volontairement du Brésil jeudi pour être interrogé après que la garde civile avait affirmé détenir une "multitude d'indices raisonnables" de son implication dans le meurtre de son oncle, de sa tante et de leurs deux enfants de un et quatre ans. Un porte-parole du gouvernement régional avait notamment affirmé que la géolocalisation du téléphone portable du jeune homme indiquait qu'il était présent sur le lieu du crime le jour du drame. Le 18 septembre, la police, qu'un riverain avait alertée de l'odeur, avait découvert les quatre corps emballés dans des sacs plastiques dans la villa que la famille occupait à Pioz, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Madrid. Les cadavres du couple, originaire de l'Etat de Paraiba dans le nord-est du Brésil, étaient découpés en morceaux. L'enquête a montré que le jeune homme avait un profil caractérisé par son "égoïsme", son "narcissisme" et son "peu de considération pour la vie humaine" et avait déjà agressé un professeur au Brésil, selon la garde civile. Selon le journal El Español, François Patrick Nogueira Gouveia, qui avait vécu quatre mois chez son oncle et sa tante, en voulait à son oncle qui refusait de l'accueillir plus longtemps en raison des "épisodes psychotiques à répétition" dont souffrait son neveu. François Patrick Nogueira Gouveia était rentré précipitamment au Brésil le 20 septembre, deux jours après la découverte des corps. Visé par un mandat d'arrêt international, il avait été entendu par la police brésilienne qui l'avait laissé libre. Le ministère espagnol de la Justice avait demandé l'extradition du suspect, mais Brasilia avait fait valoir que le Brésil n'extrade pas ses ressortissants. Il est finalement revenu de lui-même jeudi pour se présenter aux enquêteurs, après discussions avec son avocat. (Belga)

Nos partenaires