Un appel à la délation du procureur d'Anvers suscite la polémique en Flandre

14/01/13 à 16:53 - Mise à jour à 16:53

Source: Le Vif

Le procureur du Roi d'Anvers, Herman Dams, se retrouve au coeur d'une polémique en Flandre après avoir plaidé, dans une interview au Standaard samedi, pour un contrôle social accru face à la petite criminalité. À gauche, on dénonce un appel à la délation.

Un appel à la délation du procureur d'Anvers suscite la polémique en Flandre

© Belga

"Les citoyens devront aider la police dans la lutte contre certaines formes de criminalité", a déclaré M. Dams, appelant à prévenir la police des comportements suspects. Le procureur est connu pour sa position très ferme face à la petite criminalité. Son projet Patsers, consistant à contrôler davantage les jeunes gens au volant de voitures coûteuses, a défrayé la chronique. Il veut aussi réduire les délits à travers une approche multi-dimensionnelle, intégrant la famille, le logement et la formation.

"Nous suivrons les familles problématiques de plus près, si besoin jusque chez elles. Nous n'avons jamais osé le faire jusqu'à présent, mais nous devons nous occuper de ces gens, en nous introduisant au figuré dans leur vie privée", a-t-il dit au Standaard. Ces propos ont suscité des réactions indignées. Le président de Groen, Wouter Van Besien, a annoncé qu'il déposerait une plainte au Conseil supérieur de la Justice pour discrimination à l'encontre des étrangers. Quant aux socialistes du sp.a, ils estiment que la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, doit rappeler M. Dams à l'ordre.

Le procureur doit respecter les priorités fixées par le gouvernement fédéral dans son plan de sécurité 2012-2015, notamment la lutte contre la grande fraude sociale et fiscale, souligne le sp.a. Le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever (N-VA) a défendu la politique du procureur, en soulignant qu'une attention accrue à la petite délinquance n'impliquait pas un relâchement de la lutte contre la grande criminalité. Il ne voit par ailleurs aucun mal à signaler à la police des comportements suspects.

"Moi-même, il m'est arrivé de voir devant chez moi une camionnette blanche avec une plaque est-européenne rôdant autour d'un chantier. J'ai noté toutes les données et je les ai envoyées par e-mail à la police. Ils m'ont fait savoir par la suite qu'ils avaient arrêté une bande de voleurs de métaux", a-t-il fait savoir lors d'un chat avec Gazet Van Antwerpen.

Quant au Vlaams Belang, il soutient complètement l'appel du procureur, jugeant que le signalement à la police des comportements suspects est "une obligation morale". Le parti extrémiste compte même relayer le message à travers une campagne d'affichage.

En savoir plus sur:

Nos partenaires