Un an après les attentats de Copenhague, le Danemark, divisé, se souvient

14/02/16 à 16:22 - Mise à jour à 16:22

Source: Belga

(Belga) Sous haute surveillance, le Danemark commémorait dimanche les attentats de Copenhague perpétrés un an plus tôt par un jeune Danois radicalisé, qui avait tué un cinéaste et un fidèle juif avant d'être abattu par la police.

Un an après les attentats de Copenhague, le Danemark, divisé, se souvient

Un an après les attentats de Copenhague, le Danemark, divisé, se souvient © BELGA

Le Premier ministre, Lars Løkke Rasmussen a déposé dans la matinée des gerbes devant le centre culturel et la synagogue visés par les attaques. "Les Danois ont montré qu'ils tiennent à vivre une vie paisible. Et c'est peut-être le message le plus important que nous pouvons envoyer aujourd'hui. Nous n'allons ni céder, ni renoncer", a-t-il dit à la presse réunie devant le centre culturel. "Nous sommes dans une situation où il y a toujours une sérieuse menace contre le Danemark. Ca n'a pas changé. Mais nous avons aussi agi. (...) Nous avons équipé nos services de renseignement et notre police", a-t-il martelé. Dimanche, un événement était également organisé par l'association Finn Nørgaard, du nom du cinéaste tué, qui soutient principalement les jeunes issus de l'immigration. Dans la soirée, une veillée est prévue, le tout sous une importante surveillance policière. Le 14 février 2015, Omar El-Hussein, un Danois d'origine palestinienne de 22 ans, a ouvert le feu à l'arme automatique sur un centre culturel où des personnalités participaient à une conférence sur le thème "Art, blasphème et liberté". Parmi ces personnalités, l'ambassadeur de France François Zimeray et le dessinateur suédois Lars Vilks, cible des islamistes depuis ses caricatures du prophète Mahomet publiées en 2007 par le quotidien conservateur danois Jyllands-Posten. (Belga)

Nos partenaires