Twitter au Pukkelpop: entre angoisse et solidarité

19/08/11 à 10:33 - Mise à jour à 10:33

Source: Le Vif

Le drame de Pukkelpop était jeudi soir sans aucun doute le sujet le plus discuté parmi les utilisateurs belges de Twitter. Les messages avec le hashtag (mot-clé) #pp11, qui renvoyait à l'édition 2011 du festival, ne se comptent plus.

Twitter au Pukkelpop: entre angoisse et solidarité

© Twitter

Jeudi soir, sur la plaine du festival Pukkelpop touché par une violente tempête, le site de micro-blogging Twitter a fonctionné à plein pot, à la fois véhicule d'angoisse, de solidarité et de soulagement.

Vers 18H00, les utilisateurs du réseau social commencent à poster les premiers messages d'alerte sur la tempête qui s'annonçe sur le festival qui a lieu à Kiewit. Les festivaliers tentent de se réfugier tant bien que mal. Souriants au début, les visages se crispent et quand des grêlons viennent fouetter la plaine, que des tentes menacent de s'effondrer et des panneaux de se décrocher, l'heure n'est plus à la rigolade.

En quelques secondes, Twitter est envahi d'une centaines de messages. Nos collègues du FocusVif.be sur place tweetent alors: "Le Pukkelpop sous la tempête... Pylônes et écrans géants effondrés, concerts reportés pour le moment. " D'autres messages alarmistes de festivaliers suivent: "Une scène du Pukkelpop s'est effondrée, ambulances sur le site, plusieurs blessés. Plus aucun concert. 65000 personnes sur place", "2 chapiteaux effondrés avec des gens coincés au-dessous, stands écrasés... ". Des images prises par GSM sont rapidement postées sur le réseau et les tweets se font de plus en plus angoissants: "Apocalyptic scenes at Pukkelpop", "Des sirènes partout. Après les ambulances, les hélicos des secours arrivent." Des groupes doutent quand à la programmation de leur concert. Thirty Seconds to Mars, programmé le soir même tweet: "Tempête folle. Pas sûr que nous puissions monter sur scène." Miles Kane, prévu plus tôt, écrit : "Stay safe people."

Très vite, les connections téléphoniques deviennent difficiles et le réseau se sature pour permettre les communications d'urgence: "château au sol, écrans géants et pylônes effondrés. Chaos sur la plaine. Photos à suivre quand la connexion sera rétablie", ajoute le compte Twitter du FocusVif. L'angoisse est tangible pour les festivaliers et encore plus pour tous les followers qui ont des amis sur place, les parents mis au courant se rongent les sangs.

Viennent ensuite les annonces approximatives des victimes relayées sur le réseau social: 2, 4, ou 6 morts, 40 ou 70 blessés? Les tweets s'emballent, c'est le doute, le chaos, l'inquiétude s'empare des festivaliers maintenant sous le choc.

L'agence Belga diffuse sa première dépêche en néerlandais à 18h42. La traduction française arrivera seulement à 19h33, une grosse heure donc après la fin de la tempête: "Deux scènes se sont effondrées, dont l'une au moins sur des festivaliers, plusieurs installations métalliques placées à l'entrée ainsi que des écrans géants sont tombés, et plusieurs arbres ont été déracinés, sous la violence des pluies."

La première communication officielle, cette fois, tombe aux alentours de 21 heures : "deux morts, quarante blessés". Sur le réseau social, place aux questions: pourquoi ce drame dans un endroit festif se demande HenkKanning: "Op een festival kom je om bands te kijken, bier te drinken en verliefd te worden. Niet om dood te gaan. #pp11" (On vient normalement à un festival pour voir des concerts, boire des bières et tomber amoureux, pas pour mourir.) D'autres pensent déjà à la suite des festivités: stop ou encore?

Twitter solidaire
Les voisins du Pukkelpop ne restent pas impassibles face aux événements qui touchent le festival rock. Une vague de solidarité voit alors le jour sur Twitter avec un nouveau Hashtag : "#hasselhelpt". Des dizaines de personnes proposent via le site de microbloging une douche aux festivaliers, des vêtements secs ainsi que de la nourriture et des boissons. L'économiste Geert Noels y va aussi de son élan de solidarité en proposant un hébergement : "Mensen die niet verder dan Lier geraken: 6 slaapplaatsen beschikbaar. #ppshelter #hasselthelpt" (les personnes qui ne savent pas aller plus loin que Lier: 6 places disponibles). L'hôtel Radisson d'Hasselt informe qu'il met une salle d'une capacité de 200 personnes à disposition. Vers 21h30, le formateur Elio Di Rupo annonce sa "profonde tristesse", tout comme le premier ministre Yves Leterme. Des tweets de soulagement arrivent alors sur le réseau social: " My friends are safe."

"Le jour plus sombre de toute l'histoire des festivals en Belgique"Ce vendredi matin après un bilan revu à la hausse de 5 morts, les organisateurs ont décidé d'annuler le festival. A l'heure du réveil groggy des festivaliers encore sur place, le réseau social est alimenté de tweets publiés par des groupes programmés dans ce qui devait être une grande fête de la musique maintenant salement endeuillée: le groupe Foo Fighters tweet: "Our hearts go out to everyone affected by the tragic events at Pukkelpop", The Swellers: "Our hearts and thoughts go out to everyone affected by the Sugarland and Pukkelpop stage collapses. Such a terrible/scary thing." L'organisateur du festival Chokri Mahassine a déclaré lors de la conférence de presse tenue ce vendredi matin: "C'est le jour plus sombre de toute l'histoire des festivals en Belgique". Sur Twitter, de nombreuses personnalités et quidams approuvent ses propos.

Caroline Lallemand

Lisez aussi ici une analyse du rôle de Twitter dans la catastrophe du Pukkelpop

En savoir plus sur:

Nos partenaires