Turquie: au moins 18 morts dans l'explosion d'une voiture piégée

09/10/16 à 14:55 - Mise à jour à 14:57

Source: Belga

(Belga) Au moins 18 personnes (10 militaires et 8 civils) ont été tuées dimanche dans l'explosion d'une voiture piégée devant un poste de police dans la province de Hakkari, dans le sud-est de la Turquie à majorité kurde, a annoncé le Premier ministre turc Binali Yildirim.

Au moins 26 personnes - 10 militaires et 16 civils - ont été blessées dans cette attaque survenue à 09H45 (06H15 GMT) au point de contrôle qui se trouvait à proximité d'un commissariat, a précisé l'agence de presse progouvernementale Anadolu. Le nombre de civils tués ou blessés s'explique par le fait que "l'explosion a eu lieu non loin d'un endroit où plusieurs personnes attendaient un minibus", a ajouté Anadolu. La province de Hakkari est située près des frontières avec l'Irak et avec l'Iran. La responsabilité de la rébellion kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est pointée du doigt dans cet attentat, d'après plusieurs médias turcs. "L'attaque a été perpétrée par un kamikaze qui a fait exploser une camionnette au moyen de 5 tonnes d'explosifs", a dit M. Yildirim lors d'une conférence de presse. La déflagration a été telle qu'un cratère de 10 à 15 mètres de large, et 6 à 7 mètres de profondeur, s'est formé sur les lieux de l'attaque, selon Anadolu. Compte tenu de la violence des images, le Conseil supérieur de l'audiovisuel turc (RTÜK) a interdit aux médias de diffuser les images des lieux de l'attaque, des blessés et des morts. En riposte à cette nouvelle attaque, l'armée turque a entamé une opération sur la zone pour retrouver les assaillants, a précisé Anadolu. Samedi, un homme et une femme, soupçonnés d'être proches du PKK, ont fait exploser leurs bombes près d'Ankara à l'arrivée de la police venue les arrêter. Seuls les deux kamikazes sont morts dans cette explosion. L'armée turque a lancé le 24 août une opération militaire, baptisée "Bouclier de l'Euphrate", pour chasser de sa frontière les rebelles kurdes et les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) à qui sont attribués de sanglants attentats en Turquie. (Belga)

Nos partenaires