Tunnels bruxellois: le gouvernement bruxellois soutient la création d'une commission d'enquête

31/01/16 à 15:55 - Mise à jour à 15:55

Source: Belga

(Belga) La présidente de la fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx, a assuré dimanche du soutien du gouvernement bruxellois à la proposition de créer une commission d'enquête sur la situation des tunnels bruxellois. Le parlement régional a approuvé vendredi la mise sur pied d'une commission spéciale consacrée à cette question.

Tunnels bruxellois: le gouvernement bruxellois soutient la création d'une commission d'enquête

Tunnels bruxellois: le gouvernement bruxellois soutient la création d'une commission d'enquête © BELGA

Cette commission spéciale est chargée d'évaluer les manques structurels et financiers éventuels dans l'entretien des tunnels et de formuler des recommandations visant à améliorer la mobilité dans la capitale. Son rapport est attendu le 30 avril. Si les travaux ne sont pas terminés à cette date, la procédure de constitution d'une commission d'enquête parlementaire sera lancée. "Je veux rassurer: le gouvernement bruxellois soutient cette commission d'enquête. Que l'on fasse toute la transparence, il n'y a aucun souci", a déclaré Mme Onkelinx sur le plateau des "Décodeurs" (RTBF). Le MR avait déposé lundi passé une proposition de création d'une commission d'enquête, à la suite des annonces sur le mauvais état de certains tunnels de la capitale. L'ex-vice Première ministre a répété son appel à un travail associant le gouvernement fédéral et les autres entités pour résoudre le problème de la mobilité à Bruxelles. Une vive polémique sur la gestion des tunnels a animé ces derniers jours. "Il y a un problème de mobilité à Bruxelles, c'est une évidence", a souligné Mme Onkelinx. "Ce n'est pas une raison pour commencer à salir Bruxelles", a-t-elle ajouté. "C'est une responsabilité collective de toute la classe politique bruxelloise", a affirmé de son côté le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet (sp.a). Le socialiste flamand a lui aussi appelé à un travail commun des entités du pays. "Ensemble, on doit avoir un plan de paix avec le fédéral, la Flandre et la Wallonie", a-t-il dit. Et ce pour ne plus laisser Bruxelles être la cible de la N-VA. "A chaque fois qu'ils peuvent chier sur Bruxelles, passez-moi l'expression, ils sont au premier rang". (Belga)

Nos partenaires