Tunisie: Amnesty International dénonce des cas de torture malgré la chute de Ben Ali

14/01/16 à 14:00 - Mise à jour à 14:00

Source: Belga

(Belga) De nouveaux éléments "faisant état de cas de torture et de morts en détention" en Tunisie font craindre à Amnesty International "la reprise d'une répression brutale, cinq ans après le renversement du précédent régime autoritaire par la 'révolution de jasmin'", indique jeudi l'association dans un communiqué. Lors d'une mission en Tunisie en décembre 2015, des représentants d'Amnesty International ont recensé plusieurs décès en garde à vue, ainsi que des allégations de torture durant des interrogatoires de police.

Tunisie: Amnesty International dénonce des cas de torture malgré la chute de Ben Ali

Tunisie: Amnesty International dénonce des cas de torture malgré la chute de Ben Ali © BELGA

Selon l'ONG de défense des droits de l'homme, au moins six décès sont survenus en détention depuis 2011 "dans des circonstances n'ayant pas donné lieu à de véritables enquêtes, ou n'ayant pas débouché sur des poursuites pénales lorsque les enquêtes ont eu lieu". Amnesty International cite le cas de Sofiene Dridi, arrêté à son arrivée à l'aéroport de Tunis le 11 septembre 2015, après avoir été expulsé par la Suisse. En 2011, les autorités tunisiennes avaient émis un mandat d'arrêt à son encontre pour agression violente. Alors qu'il a comparu le 15 septembre dernier en bonne santé, sa famille a appris qu'il était mort deux jours plus tard d'un arrêt cardiaque. Ses proches attendent toujours plus d'explications. Des témoignages font état de détenus soumis à des décharges électriques, notamment sur les parties génitales, à l'obligation de rester dans des positions douloureuses et à des menaces, poursuit Amnesty International. L'organisation demande que "l'ensemble de ces allégations fassent l'objet d'enquêtes indépendantes", dont les résultats soient rendus publics. (Belga)

Nos partenaires