TTIP: les élections américaines ne doivent pas "stopper" les négociations

10/03/16 à 01:55 - Mise à jour à 01:55

Source: Belga

(Belga) L'élection présidentielle américaine ne doit pas conduire à "stopper" les discussions sur le traité de libre-échange commercial (TTIP) entre les Etats-Unis et l'Union européenne ou aboutir à un accord "light", a indiqué mercredi la commissaire européenne au Commerce.

"On ne peut pas arrêter notre activité simplement parce qu'il y a une élection", a déclaré Cecilia Malmström lors d'une visite à Washington, ajoutant qu'elle ferait "tout son possible" pour arracher un accord avant la fin du mandat du président Barack Obama en janvier. Plusieurs candidats aux primaires américaines, dont la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump, ont émis de fortes critiques contre les accords de libre-échange, faisant planer un doute sur le sort des vastes traités de libre-échange noués par l'administration Obama en Asie (TPP) et en Europe (TTIP). Dans ce contexte, la commissaire européenne a jugé nécessaire de "trouver des accords sur le maximum de points" avec l'administration américaine actuelle mais a toutefois dit son opposition à un accord commercial a minima. "Nous ne voulons pas d'un TTIP 'light' (...) parce que ce serait très difficile de le faire accepter au Parlement européen et par les Etats-membres", a assuré Mme Malmström, qui a par ailleurs ajouté que la Turquie, non-membre de l'UE, avait fait part de son intérêt pour rejoindre le TTIP. Ce vaste accord-commercial, en négociation depuis 2013, vise à supprimer les barrières douanières et règlementaires entre les Etats-Unis et l'UE mais il rencontre une forte résistance dans la société civile qui critique notamment son opacité. La responsable européenne a par ailleurs appelé la Chine à se montrer plus "responsable" sur ses exportations d'acier alors que l'UE vient d'ouvrir en février trois enquêtes anti-dumping visant Pékin. "La Chine doit se comporter de manière plus responsable et s'assurer que ses excédents de production d'acier ne sont pas déversés sur les marchés mondiaux," a mis en garde Mme Malmström. L'industrie européenne de l'acier peut être "compétitive" mais il doit s'agir "d'une compétition équitable" et la Chine n'y contribue pas "pour le moment", a-t-elle ajouté. (Belga)

Nos partenaires