Trump a demandé à la droite israélienne de calmer son euphorie

16/11/16 à 20:51 - Mise à jour à 20:54

Source: Belga

(Belga) L'équipe de Donald Trump a appelé la droite israélienne à ne pas s'emballer après sa victoire à la présidentielle américaine, a rapporté le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman cité mercredi par les médias.

Trump a demandé à la droite israélienne de calmer son euphorie

Trump a demandé à la droite israélienne de calmer son euphorie © BELGA

La droite israélienne s'est emparée de la victoire surprise de M. Trump dans laquelle elle a vu l'annonce d'une reprise ou une accélération de la colonisation des Territoires palestiniens occupés par Israël, et même la fin de l'idée d'un Etat palestinien indépendant. Le ministre israélien de la Défense a assuré devant des correspondants diplomatiques que les collaborateurs de M. Trump demandaient plus de mesure, ont rapporté plusieurs organes de presse. "Israël a été destinataire de messages de la part de l'équipe de transition de Trump disant qu'ils devaient réfréner leur enthousiasme post-électoral et faire montre de plus d'humilité", a rapporté le Jerusalem Post sur Twitter en citant M. Lieberman. La substance de ces propos a été confirmée par un haut responsable ayant requis l'anonymat. Selon les grands organes de presse israéliens, M. Lieberman a aussi prôné la conclusion d'un accord avec M. Trump en vertu duquel Israël gèlerait la construction dans les colonies les plus isolées de Cisjordanie occupée, mais augmenterait la construction dans les grands blocs. La colonisation a été source de crispation entre Israël et l'administration Obama. La droite israélienne, favorable à la colonisation, accuse Washington d'être responsable d'un ralentissement, voire d'un gel des constructions, et espère un changement sous M. Trump. "Si la nouvelle administration accepte cela (l'accord préconisé par M. Lieberman), nous devons saisir l'occasion à deux mains", a dit le ministre de la Défense selon la radio militaire israélienne. "Ce n'est peut-être pas populaire électoralement, mais c'est ce qu'il faut faire". (Belga)

Nos partenaires