Trois quarts des Belges défendent une attitude prosyndicale

16/09/16 à 21:03 - Mise à jour à 21:02

Source: Belga

Près de trois quarts des électeurs (72%) ont une attitude prosyndicale et sont partisans du droit de grève, même si la moitié des électeurs (51%) sont sceptiques et critiques sur le fonctionnement des organisations, selon une enquête de la KU Leuven publiée par un Courrier hebdomadaire du Crisp. La classe "antisyndicale" représente un gros quart de l'électorat belge (28%).

Trois quarts des Belges défendent une attitude prosyndicale

© Belga

Au sein de la classe prosyndicale, des disparités importantes se font jour entre le nord et le sud du pays: 32% des francophones sont inconditionnellement prosyndicaux contre 14% des néerlandophones. Parmi les prosyndicaux critiques et sceptiques quant au fonctionnement des organisations, on retrouve 45% de francophones et 55% de néerlandophones. Les "antisyndicaux" sont 23% en francophonie et 31% en Flandre.

La classe prosyndicale estime que les syndicats sont "absolument nécessaires" pour protéger les droits sociaux et soutiennent vigoureusement le droit de grève. La classe prosyndicale sceptique estime que les syndicats sont "nécessaires" pour protéger les droits sociaux et "soutiennent le droit de grève". En revanche, elle est "sceptique et critique" vis-à-vis du fonctionnement des organisations. Enfin, la classe antisyndicale a une attitude "très négative à l'égard du syndicalisme".

L'étude a été menée auprès de 719 électeurs francophones et 1.183 électeurs néerlandophones qui ont voté au scrutin multiple du 25 mai 2014. Elle a été réalisée par l'Instituut voor Sociaal en Politiek Opinieonderzoek (ISPO) de la KU Leuven, en collaboration avec le Centre d'étude de l'opinion de l'université de Liège. Elle a été financée par le Fonds Wetenschappelijk Onderzoek - Vlaanderen, ainsi que la FGTB, la CGSLB, le SPP Politique scientifique fédérale (Belspo) et la Loterie Nationale.

Nos partenaires