Très vif échange entre PS et cdH à la Chambre

19/06/13 à 20:28 - Mise à jour à 20:28

Source: Le Vif

La séance plénière de la Chambre mercredi a permis d'observer les tensions de plus en plus marquées entre les partenaires PS et cdH. Le retrait d'une résolution sur la spéculation des denrées alimentaires et une proposition de loi sur les biocarburants ont mis le feu aux poudres.

Très vif échange entre PS et cdH à la Chambre

© Image Globe

Le PS avait montré son courroux la semaine dernière après que sa résolution visant à lutter contre la spéculation des denrées alimentaires avait été "vidée de son contenu", des amendements CD&V cosignés par les libéraux, la N-VA et le cdH apportant une nuance entre spéculation habituelle et "abusive", sous la pression de banques et de l'agroalimentaire.

Les socialistes et les écologistes, qui avaient cosigné le texte initial, avaient dès lors retiré leur signature du texte. Celui-ci était à l'ordre du jour de la séance plénière mercredi mais il a été évacué à la dernière minute.

Pour le PS, le cdH n'a pas osé assumer une position amenée par les partis de droite et combattue par les ONG dont le CNCD. "Assumez vos actes", a lancé Christophe Lacroix (PS), lors d'un échange particulièrement vif conclu par le président de la Chambre André Flahaut non sans avoir brisé son maillet.

Peu avant cet échange, le cdH avait envoyé un communiqué regrettant qu'"en retirant sa signature sur sa propre proposition de résolution, le PS a privé la Chambre d'un débat important, comme le soulignait encore récemment le CNCD (Centre national de coopération au développement)". Les centristes s'y réjouissaient également d'avoir pu recadrer la résolution conformément à l'accord de "gouvernement Di Rupo Ier".

"Je suis effaré, consterné. On n'a pas entendu le cdH en Commission et aujourd'hui il se permet une attitude agressive vis-à-vis du PS, cela parce qu'il n'a pas le courage d'assumer sa véritable position", a réagi Christophe Lacroix.

"Le groupe cdH continuera à soutenir ces objectifs, en droite ligne de l'accord de gouvernement Di Rupo Ier et déposera son propre texte", a annoncé Catherine Fonck, regrettant que "le débat idéologique ait pris le pas sur le débat de fond et que certains préfèrent jouer sur les mots plutôt que d'agir pour enrayer la spéculation sur les denrées alimentaires".

"S'ils déposent un texte, qu'ils reprennent les recommandations des ONG et des personnes auditionnées comme Olivier De Schutter, comme l'avait fait le PS. Cet enjeu est celui de la faim dans le monde mais également des gens modestes chez nous que Mme Fonck ne connaît sans doute pas", a encore dit Christophe Lacroix.

Commentant la joute entre PS et cdH sur la résolution relative à la spéculation, Georges Gilikinet a évoqué un "manque de conséquence politique" qu'il a jugé "incroyable et scandaleux".

La résolution visait notamment à donner un mandat au ministre des Finances pour le prochain Conseil des ministres européens. Peu avant, la tension était déjà palpable entre les deux groupes alors qu'Isabelle Emery n'avait pas caché son malaise, appelant à la "vigilance" en matière de biocarburants, à propos d'une proposition de loi de la majorité qu'elle a cosignée. Portant ce texte, bien qu'il ait été déposé par des parlementaires, le secrétaire d'Etat Melchior Wathelet avait ironisé en indiquant que, vigilant lui aussi, le Premier ministre Elio Di Rupo l'avait approuvé.

En savoir plus sur:

Nos partenaires