Transport en commun : "il reste des efforts à faire pour les personnes handicapées"

03/12/12 à 15:12 - Mise à jour à 15:12

Source: Le Vif

Dans le cadre de la journée internationale du handicap, la Stib lance son projet Accessibus. Il s'agit d'une nouvelle signalisation facilitant la programmation des trajets pour les personnes à mobilité réduite (PMR).

Transport en commun : "il reste des efforts à faire pour les personnes handicapées"

© Image Globe

Dans le cadre de la journée internationale du handicap, la Stib lance son projet Accessibus. Il s'agit d'une nouvelle signalisation facilitant la programmation des trajets pour les personnes à mobilité réduite (PMR).

L'accessibilité aux transports en commun est un des combats important des associations pour les personnes à mobilité réduite (PMR). A Bruxelles, une seule ligne de bus est entièrement équipée pour accueillir les PMR, alors que 3% de la population belge est tout de même concernée. Le projet Accessibus propose une meilleure prise en charge des handicapés en leur indiquant les lieux qui permettent de monter en fauteuil roulant.

Les transports bruxellois plutôt bien équipés


En réalité, les bus et les trams sont déjà pour la plupart équipés pour répondre aux besoins des utilisateurs handicapés depuis l'entrée en rigueur de la directive européenne de 2001. Mais malgré de nombreuses améliorations, "il y a encore des efforts à faire" dans le service des transports en commun, selon Cleon Angelo administrateur délégué de l'Association Nationale pour le Logement des personnes handicapées (ANLH). Tous les arrêts ne sont actuellement pas accessibles aux personnes en fauteuil roulant malgré que les bus soient adaptés (trottoirs trop haut, trop bas...). Pour pouvoir se déplacer dans la ville de Bruxelles, il faut connaitre les arrêts où l'infrastructure extérieure permet aux personnes de descendre et de monter.

Une signalisation plus claire pour les PMR

Le véritable problème d'après Angelo Cléon, "c'est de rendre les lignes plus opérationnelles et plus praticables". L'opération Accessibus compte remédier à ce désagrément en indiquant sur les lignes les endroits où la personne handicapée peut descendre de manière autonome ou en étant aidée par quelqu'un. Des pictogrammes de couleurs ont été ajoutés sur les schémas des lignes 12, 71 et 21 pour aider les PMR à préparer leur voyage. Sept autres lignes devraient voir le jour prochainement.

Vers une fomation du personnel plus adaptée


Mais les efforts doivent aussi être faits dans la formation du personnel Stib. "Les chauffeurs refusent bien souvent de prendre ce type de clients en compte de peur de s'écarter des directives de la Stib. Beaucoup ne sont pas assez à l'écoute des besoins des personnes handicapées et certains refusent de quitter leur cabine et descendre aider pour des questions de sécurité".

"Le but de notre partenariat avec la Stib c'est de sensibiliser et de mieux former le personnel à l'écoute des besoins des personnes handicapées" poursuit Angelo Cleon . Les formations actuelles et les directives de la hiérarchie posent problème dans la prise en charge de ses besoins. "À travers cette opération, nous voulons conscientiser les employés et améliorer la communication avec les PMR pour que les chauffeurs soient plus compréhensifs".


En Wallonie, une action contre le refus des chauffeurs TEC d'ouvrir les rampes d'accès aux PMR est actuellement devant les tribunaux. "Le problème n'est pas propre à Bruxelles, il faut réellement conscientiser les employés sur ce sujet". Le combat est donc loin d'être fini, mais les associations gardent bon espoir pour l'avenir en saluant l'initiative du groupe Stib.


Violaine Krebs (stg)

Nos partenaires