Trajectoire budgétaire - Lacroix dénonce des pressions en faveur de l'austérité mais voit aussi des opportunités

18/04/16 à 11:55 - Mise à jour à 11:55

Source: Belga

(Belga) Le ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix, a critiqué lundi, à la sortie d'un comité de concertation consacré notamment à la trajectoire budgétaire des différents niveaux de pouvoir, des pressions du fédéral en faveur de l'austérité, mais a dit voir aussi plusieurs opportunités, d'ailleurs en partie partagées par la Flandre.

Trajectoire budgétaire - Lacroix dénonce des pressions en faveur de l'austérité mais voit aussi des opportunités

Trajectoire budgétaire - Lacroix dénonce des pressions en faveur de l'austérité mais voit aussi des opportunités © BELGA

Selon lui, le Fédéral retient actuellement une trajectoire qui signifierait pour la Wallonie un effort supplémentaire de 146 millions d'euros sur 2016 - ce qui ramènerait le déficit 2016 de 386 à 240 millions d'euros. Or, la région conteste toujours l'absence de prise de compte de l'impact du tax shift fédéral sur ses recettes et constate l'absence de solution pour répartir les charges du passé sur les infrastructures hospitalières. Le ministre voit une autre menace, touchant au remboursement par les entités fédérées des corrections à apporter en 2018 aux additionnels à l'impôt des personnes physiques (IPP). L'impact, s'il devait être comptabilisé sur le seul exercice 2018, pèserait dès 2016-2017. Des opportunités existent cependant. Outre un potentiel accord sur les infrastructures hospitalières et l'externalisation des dépenses de sécurité et de lutte contre la radicalisation, M. Lacroix soutient l'externalisation des dépenses d'investissement par rapport à la trajectoire. La Flandre défend cette option pour le bouclage du rythme d'Anvers - un dossier pesant plusieurs milliards d'euros - mais la Wallonie y est aussi favorable afin de protéger les investissements publics. Cela pourrait en outre offrir une solution pour le dossier du tram de Liège ou les infrastructures hospitalières. (Belga)

Nos partenaires