Traités transatlantiques de libre-échange - Il ne sera pas possible de respecter l'"ultimatum", selon André Antoine

24/10/16 à 08:27 - Mise à jour à 08:31

Source: Belga

(Belga) Le président du parlement de Wallonie, André Antoine (cdH), estime qu'il ne sera pas possible de respecter l'échéance de lundi fixée par le Conseil européen pour la signature du traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada.

"Ce ne sera pas possible de respecter cet ultimatum", a déclaré M. Antoine sur les ondes de Bel-RTL. Le député centriste appelle les auteurs de ce traité à mettre de l'ordre dans la "marmelade de textes" qui le composent, entre le traité lui-même, ses nombreuses annexes et ses déclarations interprétatives, les échanges de courrier, etc. "Ça n'est pas sérieux", a-t-il ajouté. Selon lui, un travail de codification s'impose. Le président du parlement régional juge encore que la Wallonie n'a pris personne par surprise. Le 27 avril, l'assemblée a approuvé une résolution détaillée sur le CETA après deux ans de travail, a-t-il rappelé. M. Antoine a averti en personne la commissaire européenne au Commerce des problèmes qui risquaient de se poser lors d'un forum de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) à Genève. Un comité de concertation aura lieu à 13h00 sur ce sujet. Cette réunion associera les représentants des exécutifs fédéral, régionaux et communautaires. (Belga)

Nos partenaires