Tous les partis désapprouvent les propos de Bart De Wever sur le racisme

25/03/15 à 11:24 - Mise à jour à 13:30

Source: Knack

Aucun parti, pas même les partenaires de coalition CD&V, Open VLD et MR, n'approuvent les déclarations sur le racisme de Bart De Wever (N-VA). Theo Francken demande de contextualiser ses propos, mais qualifie les réactions d'"hystériques".

Tous les partis désapprouvent les propos de Bart De Wever sur le racisme

Bart De Wever © BELGA

Lors d'une interview accordée à la VRT, Bart De Wever a souligné que le racisme était une notion "relative" et trop souvent invoquée comme excuse pour un échec personnel, surtout auprès de certains groupes de population, comme la communauté marocaine. "Surtout les Berbères. Ce sont des communautés fermées, avec une défiance envers les autorités", a-t-il expliqué.

Les réactions à ces propos ne sont pas tendres et proviennent autant des partenaires de coalition, des partis d'opposition que de la société civile.

Les partenaires de la coalition

CD&V: "On a créé une accoutumance mortelle"

Le président du CD&V Wouter Beke s'est mêlé à la discussion sur Twitter : "Ce que #wijoverdrijvenniet (le flot de témoignages sur le sexisme, NDLR) et #DailyRacism (le grand nombre de témoignages Tweeter et Facebook sur le racisme, NDLR) peuvent m'apprendre : en tant qu'homme blanc je peux difficilement en estimer le ressenti. La clé, c'est d'écouter".

Le chrétien démocrate a également écrit une opinion pour le quotidien De Morgen. "Peut-être que ces problèmes sont devenus si inhérents à la société, qu'on ne les remarque plus, nous qui n'y sommes pas confrontés. On a créé une accoutumance mortelle qui semble tous nous endormir" estime-t-il.

Open VLD: "Nous nous opposons à la stigmatisation et aux stéréotypes"

Interrogée sur les propos de Bart De Wever, la présidente de l'Open VLD Gwendolyn Rutten a déclaré que les "libéraux croient aux chances égales et aux talents de chaque individu".

"Nous nous opposons à la stigmatisation des gens et aux stéréotypes, car nous croyons précisément en l'inverse, à savoir que la différence entre les individus et la diversité constituent la force d'une société ouverte et libre" a-t-elle dit.

MR: "Contre toute forme de communautarisme"

Le président du MR Olivier Chastel se distancie également des déclarations de son collègue de la N-VA Bart De Wever sur l'intégration et le racisme. "Olivier Chastel ne cautionne pas ces propos qui réduisent des individus à leur appartenance à une communauté. Être libéral, c'est considérer que l'individu prime sur le groupe. C'est aussi s'opposer à toute forme de communautarisme et croire qu'une société libre est d'autant plus forte qu'elle est diversifiée" a déclaré le porte-parole du MR à l'agence de presse Belga.

Les partis de l'opposition

sp.a: Kherbache: "Quel sens a encore la commission de radicalisation après les propos de Bart De Wever?"

"Dans le parlement flamand, nous travaillons de façon constructive par-dessus les frontières de parti - donc aussi avec la N-VA - à une résolution dans la lutte contre la radicalisation. Entre-temps, nous voyons que le président du plus grand parti de Flandre qualifie les Marocains anversois de peuple défiant envers les autorités, extrêmement réceptif au salafisme et à la radicalisation. Il oppose les gens les uns aux autres. Je vous demande : quel sens y a-t-il à ce que nous écrivions des recommandations sur une 'citoyenneté partagée' si Bart De Wever culpabilise les Marocains berbères ?" se demande la parlementaire flamande socialiste Yasmine Kherbache.

Groen: "Les déclarations de De Wever sont une partie du problème au lieu de la solution"

"Pendant dix minutes, Bart De Wever a répandu les accusations et stigmatisé dans le studio de Terzake tout en ne formulant aucune proposition de solution. Les déclarations de De Wever sont une partie du problème au lieu de la solution" estime la présidente Meyrem Almaci.

PTB: "Le premier ministre de l'ombre Bart De Wever donne simplement raison à tous les racistes"

"La guerre de la N-VA contre le combat anti-discrimination autorise les entreprises à également discriminer en toute impunité" affirme Zohra Othman, échevine de la Jeunesse à Borgerhout pour le PTB. "Ce n'est plus du #dailyracism, mais de l'#organizedracism. Le premier ministre de l'ombre donne raison à tous les racistes".

La société civile

Dyab Abou Jahjah: "Ce qu'a dit Bart De Wever est pire que ce que fait Pegida".

L'activiste Dyab Abou Jahjah voudrait quant à lui organiser un sit-in ce mercredi soir à Anvers pour obliger le bourgmestre De Wever à démissionner. "De Wever viole la loi antiraciste".

"Les propos de Bart De Wever sont pires que ce que fait Pegida. L'organisation parle toujours de l'islam comme d'une religion, pas comme d'une ethnie, et c'est moins dangereux. Nous avons également vu aux Pays-Bas que Geert Wilders n'a suscité le scandale général que quand il a parlé de 'moins de Marocains'. Il s'était en effet focalisé sur un groupe de population".

Son collègue de parti Theo Francken

Sur Radio 1, le Secrétaire d'État l'Asile et à la Migration Theo Francken a réagi aux propos de son président. "Il ne faut pas uniquement sortir ces déclarations. Il y a eu des erreurs de la part de la société accueillante, mais les nouveaux venus en ont également commis. C'est une histoire partagée. Il faut aussi instaurer l'intégration obligatoire du côté francophone. En matière de politique d'immigration, le revirement a commencé sous Maggie De Block. J'essaie d'aller encore un peu plus loin, donnez-nous un peu de temps".

Francken qualifie les réactions sur les propos de Bart De Wever d'"hystériques" et de "crispations" de "l'industrie de l'indignation". "D'un point de vue intellectuel, tous les 'ismes' sont relatifs. Il faut lutter de toutes nos forces contre le racisme. Le problème n'est pas exagéré, ce n'est pas ce que je dis. Le racisme et la discrimination sont inacceptables dans une société aussi diverse. Je ne dis pas que le racisme n'est pas problématique, qu'il n'y a pas de discrimination sur le marché du logement et de l'emploi".

Nos partenaires