Toujours pas d'accord sur le plan stratégique de la Défense

16/06/16 à 07:20 - Mise à jour à 07:19

Source: Belga

Les principaux ministres du gouvernement fédéral ont échoué mercredi soir à trouver un accord sur le "plan stratégique" du ministre de la Défense, Steven Vandeput, qui doit dessiner les contours de l'armée belge à l'horizon 2030 et mener à une augmentation substantielle du budget de ce département, a-t-on appris de bonne source.

Toujours pas d'accord sur le plan stratégique de la Défense

Steven Vandeput © Belga

Un comité ministériel restreint s'est réuni mercredi soir durant plus de deux heures à Bruxelles pour tenter de trancher les derniers points encore en suspens de ce "plan stratégique". Il doit consacrer une hausse du budget de la Défense à 1,3% du PIB d'ici quinze ans - contre 0,9% actuellement et alors que l'Otan presse ses membres d'atteindre le seuil des 2% depuis 2014 - à l'approche du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des 28 pays membres de l'Otan prévu les 8 et 9 juillet à Varsovie.

Mais les principaux ministres se sont séparés peu après 23h00 sans accord, selon une source gouvernementale informée.

La poursuite des discussions aura lieu "très vite", a précisé cette source à l'agence Belga.

Le gouvernement devrait idéalement approuver d'ici le sommet de Varsovie le "plan stratégique" 2015-2030 proposé par le ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), pour permettre au Premier ministre Charles Michel (MR) d'y présenter les engagements belges face aux demandes répétées de hausse des budgets militaires émanant de l'Otan.

En décembre dernier, le "kern" s'était accordé sur une dizaine de principes, dont l'augmentation d'ici 2030 du budget de la Défense à 1,3% sur quinze ans - et l'achat de 34 nouveaux avions de combat pour succéder aux F-16 vieillissants.

Depuis lors, les partis de la majorité ont entrepris de traduire ces principes en une note détaillée et négocient pied à pied un document de quelque 120 pages qui doit notamment définir dans le détail le niveau d'ambition et les structures de l'armée belge en 2030, articulées en quatre "dimensions" (Terre, Air, Mer et Cyber), avec des effectifs réduits de 32.000 à 25.000 personnes.

Nos partenaires