Theo Francken: "Zut, même quand on a bu la Zwarte Piet, il reste noir"

19/10/14 à 09:30 - Mise à jour à 12:20

Source: Belga

La Brasserie de la Senne a dénoncé, dans un communiqué diffusé dimanche, le "détournement" d'une de ses bières par Theo Francken "dans un tweet à connotation clairement raciste".

Theo Francken: "Zut, même quand on a bu la Zwarte Piet, il reste noir"

Theo Francken (N-VA), secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations © BELGA/Yorick Jansens

L'agitation des derniers jours autour de la personnalité du nouveau secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration a fait remonter à la surface plusieurs messages controversés postés sur les réseaux sociaux. Parmi ceux-ci, un tweet posté il y a un an montrait une photo de la Zwarte Piet, une bière produite par la Brasserie de la Senne, sur l'étiquette de laquelle figure un père fouettard. M. Francken notait: "Zut, même quand on a bu la Zwarte Piet, il reste noir".

La brasserie bruxelloise a fait connaître dimanche son "indignation".

"C'est avec indignation que nous venons d'apprendre que le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Monsieur Theo Francken, a détourné le 30 octobre 2013, l'étiquette d'une de nos anciennes bières - la Zwarte Piet - dans un tweet à connotation clairement raciste", indiquent ses deux dirigeants dans un bref communiqué bilingue adressé à l'agence Belga.

"Il s'agit en l'espèce d'un détournement particulièrement cynique, car l'étiquette de la Zwarte Piet se moque justement du passé colonial belge en parodiant la couverture d'une bande-dessinée bien connue des années 1930 mettant en scène un jeune reporter, dont le caractère raciste était patent. Elle dénonce en outre le mépris pour Bruxelles que semblent afficher certains hommes politiques des deux côtés de la frontière linguistique", ajoutent Yvan De Baets et Bernard Leboucq.

"Cette utilisation abusive nous choque au plus haut point, non seulement en tant que chefs d'entreprise, mais, au-delà, en tant que citoyens, car elle va totalement à l'encontre de nos valeurs", concluent-ils.

En savoir plus sur:

Nos partenaires