Théo Francken, un cynique à l'Asile

29/05/15 à 08:50 - Mise à jour à 08:58

Source: Le Vif

Les francophones de la majorité fédérale restent en " alerte orange foncée " au sujet du secrétaire d'Etat N-VA après ses excès de début de législature. L'opposition dénonce son approche répressive : " C'est un ministre de l'Intérieur bis. " En attendant, le nationaliste grimpe dans les sondages.

Théo Francken, un cynique à l'Asile

Theo Francken, secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration. © Belga

Par Olivier Mouton

Pour devenir politiquement populaire par les temps qui courent, rien de tel, visiblement, que de gérer avec fermeté les compétences de l'Asile et des Migrations. Theo Francken, secrétaire d'Etat N-VA en titre, suit les traces de la libérale flamande Maggie De Block, devenue l'icône numéro un dans le coeur des Belges, toutes Régions confondues. Le responsable nationaliste décroche, lui, la sixième place en Flandre dans le dernier baromètre La Libre/ RTBF, tout en réalisant la plus forte progression à Bruxelles (où il est 14e). Seuls les Wallons le boudent ostensiblement. Voire, le craignent comme la peste.

" C'est un raciste à la tête du département ", avait estimé Laurette Onkelinx, chef de groupe PS, lors d'un séance inaugurale de la Chambre. Faut-il rappeler les incidents à répétition survenus lors des premières semaines suivant sa nomination ? La participation à l'anniversaire de l'ancien collaborateur et ex-sénateur VU Bob Maes, la révélation de messages mails homophobes et de commentaires Facebook dénonçant l'absence de plus-value des immigrations marocaine, algérienne et congolaise, notamment.

" Moi, c'est bien simple, je pratique le cordon sanitaire avec lui, tranche aujourd'hui Zakia Khattabi, coprésidente d'Ecolo, dans l'opposition. A la Chambre, je ne lui pose que des questions écrites. Et en séance plénière, j'interpelle Charles Michel. Theo Francken porte une vision du monde que je trouve indéfendable, c'est une insulte de devoir traiter avec lui. Et je serais tout aussi sévère avec Charles Michel, qui ne dit rien. " Acculé par le Premier ministre, Theo Francken avait pourtant présenté du bout des lèvres des excuses au parlement. " Nous avons pris acte, grince Vanessa Matz, députée CDH. Il n'en reste pas moins qu'il a été désigné pour verrouiller un électorat très à droite. La politique qu'il mène n'est pas équilibrée ! "

Au sein du MR, l'embarras est réel au sujet de ce poisson pilote téléguidé par Bart De Wever lui-même pour couper les vivres au Vlaams Belang. " Nous sommes toujours en vigilance orange foncée à son sujet, reconnaît Denis Ducarme, chef de groupe libéral à la Chambre. Mais je crois qu'il a compris qu'il n'avait plus le droit à l'erreur. " Au sein du gouvernement, un ministre libéral témoigne " off the record " de son malaise à l'égard de ce collègue taiseux, mystérieux, focalisé sur ses dossiers, à mille lieues de la convivialité affichée par le vice-Premier N-VA, Jan Jambon. " C'est un homme qui est connu pour ses excès et son côté grande gueule, dit une autre source. Ce n'est pas quelqu'un qui picole, mais quand il a bu une bière ou deux, même ses collègues de parti doivent le rappeler à l'ordre: "Théo, du calme!". "

L'homme est désormais sous contrôle, cadenassé au niveau de sa com'. De façon cynique, les libéraux francophones savent aussi que la méthode à poigne de Francken, avec ses accents populistes, peut leur servir. " On doit composer avec une part de racisme qui grandit dans notre société, c'est surtout vrai du côté flamand, mais cela croît aussi du côté francophone ", admet-on en coulisses.

Le principal intéressé, lui, est certes ébranlé, mais il n'en démord pas. " Beaucoup de gens ont visiblement du plaisir à dépeindre la N-VA comme un parti d'extrême droite, raciste et discriminant ", disait-il récemment au magazine de la KUL - il a refusé de répondre aux questions du Vif/ L'Express, annulant un rendez-vous prévu de longue date. Mais ai-je douté de ma propre politique ? Non. "

Le dossier dans Le Vif/L'Express de cette semaine. Avec :

- le bilan de ses sept mois à l'Asile

- " Sa politique est répressive "

- sa lutte contre les "criminels illégaux"

- l'ombre de Maggie

- " On devient fan de Theo "

En savoir plus sur:

Nos partenaires