Theo Francken a présenté ses excuses à Charles Michel dans le dossier des rapatriés soudanais

22/12/17 à 09:24 - Mise à jour à 09:26

Source: Belga

(Belga) Le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken a présenté ses excuses au Premier ministre Charles Michel après ses déclarations de jeudi dans l'affaire des rapatriés soudanais, a indiqué vendredi le cabinet du chef du gouvernement.

Le secrétaire d'État N-VA avait jugé "absurde", jeudi sur VTM, d'insinuer qu'il n'y aurait plus de rapatriements de ressortissants soudanais jusqu'à la fin janvier - comme l'avait pourtant annoncé M. Michel (MR) mercredi soir - parce qu'aucun rapatriement n'était planifié. M. Michel avait précisé jeudi à la Chambre que les expulsions de ressortissants soudanais étaient suspendues jusqu'à ce qu'une enquête indépendante fasse la clarté sur les informations faisant état de mauvais traitements subis par des Soudanais renvoyés dans leur pays depuis la Belgique, qui a accepté sur son territoire une mission d'identification opérée par des fonctionnaires soudanais. Le chef du gouvernement espère obtenir les résultats de cette enquête en janvier. La N-VA, de son côté, a continué jeudi de faire planer le doute sur la cohésion du gouvernement dans ce dossier. Elle a toutefois co-signé et approuvé une motion demandant au gouvernement de mettre en ?uvre les mesures annoncées par le Premier ministre. Vendredi, Charles Michel a confirmé que cette motion sera mise en ?uvre. La pression s'accentuait sur M. Francken vendredi, alors que la presse mettait en exergue les déclarations de ce dernier sur VTM, que d'aucuns ont lues comme un "recadrage" inédit du Premier ministre par le secrétaire d'État, qui a par le passé lui-même été recadré à plusieurs reprises par M. Michel. Dans les rangs de la majorité, les propos les plus durs sont venus vendredi matin de l'ancien ministre et commissaire européen Karel De Gucht (Open Vld), qui a appelé à la démission de M. Francken, dans les colonnes du quotidien Het Laatste Nieuws. Toujours prompt à réagir sur les réseaux sociaux, Theo Francken s'est gaussé de cet appel à la démission, dénonçant une attaque qui ne vise que l'homme, et assurant ne faire qu'appliquer la loi. (Belga)

Nos partenaires