Thaïlande: des comptes en banque de la Première ministre déchue gelés

25/07/17 à 08:18 - Mise à jour à 08:21

Source: Belga

(Belga) La junte thaïlandaise a gelé mardi sept comptes en banque de l'ancienne Première ministre Yingluck Shinawatra, accusée de négligence pour la mise en place d'un programme de subvention du riz lors de son mandat.

Cette dernière, dont le gouvernement a été renversé par un coup d'Etat en mai 2014, fait face à deux procédures judiciaires dans ce dossier largement jugé politique. La junte a lancé une action civile pour réclamer un million de dollars de dommages et intérêts pour ce programme de subvention du riz. C'est dans ce cadre que les comptes ont été gelés. Sur le plan pénal, après un an et demi de procès, la Cour suprême rendra fin août son verdict. Yingluck Shinawatra risque 10 ans de prison pour négligence. C'est la première fois en Thaïlande qu'un chef de gouvernement est jugé pour une politique mise en place sous son mandat. "Aujourd'hui, mes comptes en banque ont été gelés et tous mes biens sont sur le point d'être saisis", a indiqué l'ex-chef de gouvernement sur son compte twitter mardi. Noppadon Laowthong, son avocat, a précisé que "sept comptes avaient été gelés et qu'il était impossible d'effectuer des transations". Yingluck a déclaré une nouvelle fois "être prête à prouver son innocence". Accueillie par des milliers de supporters, elle était apparue très émue vendredi pour le dernier jour d'audience de son procès. D'après sa déclaration de patrimoine faite en 2015 quand elle était en fonction, cette dernière possède 16 différents comptes en banque et sa fortune s'élève à 612 millions de bahts (15,7 millions d'euros). Cette dernière a toujours défendu sa politique, estimant qu'il s'agissait d'une aide nécessaire pour soutenir les riziculteurs pauvres qui reçoivent historiquement peu d'aide du gouvernement. Bien que populaire dans les bastions ruraux, ce programme s'est révélé économiquement désastreux et a laissé au pays des stocks massifs de riz invendu. La junte au pouvoir est accusée de vouloir sortir définitivement Yingluck Shinawatra du jeu politique, avant d'hypothétiques élections annoncées à l'horizon 2018. (Belga)

Nos partenaires