TF1 sur le marché publicitaire belge - Le CSA demande l'aide du gouvernement de la FWB pour débloquer le "dossier TF1"

09/09/17 à 06:32 - Mise à jour à 06:34

Source: Belga

(Belga) Les négociations entre le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et son homologue français à propos de la "version belge" de TF1 patinent. Pour débloquer la situation, le régulateur belge a mis en place un groupe de travail conjoint avec les ministres en charge de la Culture et des Médias en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) ainsi que le Centre du cinéma et de l'audiovisuel, annonce-t-il samedi. Ce groupe se réunira pour la première fois mardi prochain.

Depuis quelques jours, TF1 commercialise ses espaces publicitaires en Belgique, via la régie Transfer. Si, à l'écran, le changement n'est pas encore très visible, l'entrée de TF1 sur le marché belge était redoutée depuis des décennies par RTL Belgium et, dans une moindre mesure, la RTBF, peu enclines à partager un gâteau qui a déjà tendance à rétrécir. La nouvelle n'a pas été mieux accueillie par le CSA. En juin dernier, ce dernier a adressé une demande de coopération à son homologue français. Il a obtenu que les écrans publicitaires de TF1 diffusés en Belgique respectent les règles plus strictes de la FWB. Ces écrans ne pourront donc pas interrompre des programmes pour enfants ni des journaux télévisés. Le régulateur basé à Bruxelles voulait aussi obliger TF1 à investir dans la production audiovisuelle belge et à pérenniser la primo-diffusion actuellement concédée aux chaînes belges sur les programmes diffusés conjointement. Mais sur ces deux points, les discussions n'ont pas progressé. Or le CSA craint que TF1, en pompant l'argent des annonceurs sans le réinvestir dans la production locale, affaiblisse tout le secteur audiovisuel belge et, à terme, restreigne la diversité culturelle. Pour pouvoir négocier avec la France au-delà de ses seules compétences, le CSA belge a appelé à la rescousse le ministre des Médias Jean-Claude Marcourt et la ministre de la Culture Alda Greoli, ainsi que le Centre du cinéma et de l'audiovisuel. Une première réunion de travail est prévue le 12 septembre, soit mardi prochain. (Belga)

Nos partenaires