Terrorisme : le danger de crypter les communications

21/10/16 à 15:20 - Mise à jour à 15:20

Source: Afp

Les procureurs de quatre pays (France, Belgique, Espagne et Maroc), réunis à Paris pour améliorer la lutte antiterroriste, ont interpellé vendredi les États et les entreprises sur la nécessité pour les enquêteurs d'avoir accès au contenu des téléphones ou des messageries protégées.

Terrorisme : le danger de crypter les communications

© Getty Images/iStockphoto

Spécialistes de l'antiterrorisme, ces responsables ont souhaité "unir leurs voix pour alerter les plus hautes autorités nationales et internationales ainsi que les sociétés concernées, notamment les opérateurs et les fournisseurs de logiciels informatiques" sur "le problème du chiffrement des communications et du verrouillage des dernières générations de téléphones, tablettes et ordinateurs", dans une déclaration lue par le procureur de la République de Paris, François Molins.

"Si la protection des données personnelles demeure un droit essentiel", la menace terroriste "(justifie) que les autorités judiciaires spécialisées aient, si nécessaire, dans le cadre de leur enquête avec toutes les garanties procédurales requises, dans le respect des principes de proportionnalité et de légalité, un accès aux données des personnes impliquées dans les faits de nature terroriste", ont-ils ajouté.

"Cela doit nous permettre entre autres de pouvoir protéger les personnes particulièrement vulnérables" comme les mineurs "dont nous constatons l'augmentation inquiétante de l'implication dans nos dossiers", ont-ils aussi souligné, après deux jours de travaux communs dans le cadre du "groupe quadripartite" mis en place en 2006 entre les quatre pays.

Ces travaux ont réuni le procureur de Paris, le procureur général de l'Audience nationale espagnole, Javier Zaragoza, le procureur général du roi du Maroc, Moulay Hassan Daki, et le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leeuw.

Le chiffrement des communications sur certaines messageries, comme Telegram, et le verrouillage de certains appareils posent un problème récurrent aux enquêteurs, dans la prévention d'actes terroristes et dans leurs investigations.

Nos partenaires