Terrorisme : Bruxelles attire moins de visiteurs étrangers mais plus de touristes belges

01/08/16 à 13:26 - Mise à jour à 13:24

Source: Belga

Les attractions et musées bruxellois ont perdu environ 40% de touristes étrangers au mois de juillet par rapport aux chiffres de fréquentation habituels, estime lundi Michel Vankeerberghen, le directeur de l'association Attractions & tourisme.

Terrorisme : Bruxelles attire moins de visiteurs étrangers mais plus de touristes belges

© Belga

Cette baisse est compensée, mais seulement en partie, par un gain de touristes belges. Si la situation s'améliore lentement, le contexte post-attentats continue à peser aussi sur le secteur horeca.

Une attraction comme Océade, habituellement fréquentée surtout par des Belges, a peu perdu de touristes en juillet malgré une météo variable, relève Michel Vankeerberghen. Les autres attractions du plateau du Heysel, en revanche, subissent encore de plein fouet la perte de touristes étrangers depuis les attentats de Paris et de Bruxelles.

D'après les chiffres du mois de juillet collectés par Attractions & tourisme, l'association professionnelle des attractions touristiques et musées de Wallonie-Bruxelles, on peut évaluer la diminution des touristes étrangers dans la capitale à 40%. Mais, globalement, les pertes sont limitées à environ 25% grâce à une présence accrue de visiteurs belges. "Les gens semblent être plus restés au pays", avance M. Vankeerberghen.

Du 27 juin au 24 juillet, les hôtels bruxellois ont enregistré un taux d'occupation de 62%, soit une baisse de 18% par rapport à 2015, selon les chiffres temporaires communiqués par visit.brussels, l'agence bruxelloise du tourisme. Juste après les attentats du 22 mars, la chute avoisinait les 50%.

"Le tourisme d'affaires a presque repris sa vitesse de croisière, mais reste moins longtemps. Les touristes de loisir, eux, ne sont toujours pas revenus", se désole Yvan Roque, le président de la fédération Horeca Bruxelles. "Pour les petits indépendants, c'est à pleurer."

"En temps normal, le secteur hôtelier bruxellois est déjà l'un des moins rentable d'Europe. Les baisses de fréquentation sont moins importantes que juste après les attentats mais la situation reste intenable et insoutenable. Il y a urgence absolue", confirme Rodolphe Van Weyenbergh, secrétaire général de la Brussels Hotels Association.

Les gouvernements fédéral et bruxellois l'ont bien compris, reconnaissent les responsables de ces deux associations. Toutefois, ils espèrent de nouveaux délais et exonérations pour les paiements à l'ONSS.

Les 19 communes doivent encore approuver la suppression des taxes communales sur les hôtels proposée par la Région, pointe par ailleurs M. Van Weyenbergh. "Des attentats, il y en a partout. On doit faire confiance aux autorités pour nous protéger. Mais l'horeca souffre aussi du piétonnier ou de la fermeture du tunnel Stéphanie", insiste également M. Roque, ajoutant que les établissements des communes périphériques se portent beaucoup mieux que ceux du centre-ville. "L'offre culturelle n'a jamais été aussi large à Bruxelles, une ville avec énormément d'attraits pour un city-trip. C'est là-dessus qu'il faut communiquer", conclut Rodolphe Van Weyenbergh.

Nos partenaires