Tentative de coup d'Etat en Turquie - A Washington, le ministre turc de la Justice appelle à l'extradition de Gülen

27/10/16 à 23:57 - Mise à jour à 28/10/16 à 00:06

Source: Belga

(Belga) Le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag a assuré jeudi lors d'une visite à Washington qu'Ankara avait présenté suffisamment de preuves pour déclencher l'arrestation du prédicateur en exil aux Etats-Unis Fethullah Gülen, accusé d'avoir organisé le putsch manqué en juillet.

Bekir Bozdag a de nouveau demandé une extradition, au lendemain de sa rencontre avec la ministre américaine de la Justice Loretta Lynch mercredi. Les autorités américaines étudient cette demande, a indiqué le ministère américain de la Justice, soulignant toutefois que tout dossier d'extradition "doit satisfaire aux normes en matières de preuves du pays auquel est adressée la demande". Jeudi, le ministre turc a indiqué aux journalistes qu'il avait envoyé trois dossiers contenant des informations supplémentaires demandées par les autorités américaines. Ces nouveaux documents sont relatifs à une demande antérieure d'extradition qui évoquait le rôle présumé de M. Gülen dans la coordination d'activités "terroristes" en Turquie depuis son exil dans l'Etat américain de Pennsylvanie, et ce avant la tentative de putsch du 15 juillet. Mais Ankara a également présenté une requête séparée le 10 septembre, demandant à ce que M. Gülen soit interpellé aux Etats-Unis dans l'attente d'une éventuelle extradition pour son rôle présumé dans le putsch, a précisé le ministre. "Dans notre demande de détention provisoire, nous avons inclus des preuves et informations plus que suffisantes sur le fait que la tentative de coup a été menée selon les instructions et la coordination du leader terroriste Fethullah Gülen", a-t-il déclaré devant les journalistes. "La Turquie ne peut pas accepter et nous ne pouvons pas comprendre le fait que l'assassin de 241 personnes, qui a aussi blessé quelque 2.194 personnes, agisse librement et mène une organisation terroriste librement depuis un pays ami et allié", a martelé Bekir Bozdag. M. Gülen, qui nie toute implication, est à la tête d'un mouvement appelé "Hizmet" ("service", en turc), comptant un réseau d'écoles, d'ONG et d'entreprises. Le gouvernement turc considère ce mouvement comme une "organisation terroriste". Les relations entre les Etats-Unis et la Turquie, deux alliés de l'Otan, ont été éprouvées par le coup d'Etat manqué et les vains appels d'Ankara à une extradition de M. Gülen. Les autorités américaines soulignent que la décision appartient à la justice. (Belga)

Nos partenaires