Tensions avec la Corée du Nord - Washington promet "une réponse militaire massive" en cas de menaces de Pyongyang

03/09/17 à 22:04 - Mise à jour à 04/09/17 à 02:51

Source: Belga

(Belga) Les Etats-Unis ont promis dimanche une "réponse militaire massive" en cas de menaces de la Corée du Nord visant le territoire américain ou ses alliés, insistant sur l'unité de la communauté internationale pour réclamer la dénucléarisation de la péninsule.

"Nous avons de nombreuses options militaires (...) Nous avons la capacité de nous défendre et de défendre nos alliés, la Corée du Sud et le Japon", a déclaré le secrétaire à la Défense américain Jim Mattis lors d'une brève allocution depuis la Maison Blanche. M. Mattis a précisé que les Etat-Unis ne cherchaient en aucune manière "l'anéantissement total" de la Corée du Nord. Peu après le test d'un engin qui était selon Pyongyang une bombe à hydrogène ou bombe H, le général Jim Mattis a ainsi adressé une mise en garde solennelle au régime de Kim Jong-Un, tout en l'appelant à entendre les injonctions de la communauté internationale. "Toute menace visant les Etats-Unis ou ses territoires, y compris Guam (dans le Pacifique, ndlr), ou ses alliés, fera l'objet d'une réponse militaire massive", a-t-il averti, à l'issue d'une réunion avec Donald Trump et son équipe de sécurité nationale. Le Conseil de sécurité de l'ONU, qui a déjà infligé en vain sept trains de sanctions à Pyongyang pour le contraindre à renoncer à ses ambitions nucléaires et balistiques, doit se réunir lundi matin en urgence. Quelques heures auparavant, le régime nord-coréen avait publié des photos montrant son dirigeant Kim Jong-Un en train d'inspecter un engin présenté comme une bombe H (bombe à hydrogène ou thermonucléaire) pouvant être installée sur le nouveau missile balistique intercontinental dont dispose le régime. Selon des spécialistes sud-coréens, la puissance de la nouvelle secousse était cinq à six fois supérieure à celle du précédent essai nord-coréen, effectué en septembre 2016 et qui était de 10 kilotonnes. Donald Trump, qui a dénoncé "des actions dangereuses pour les Etats-Unis", a laissé planer le doute sur ses intentions. A un journaliste qui lui demandait à la sortie d'une église, en cette journée nationale de prière pour les victimes de la tempête Harvey, s'il envisageait une réponse militaire, le président américain a répondu: "Nous verrons". "La Corée du Sud s'aperçoit, comme je le leur ai dit, que leur discours d'apaisement avec la Corée du Nord ne fonctionnera pas, ils ne comprennent qu'une chose!", a lancé M. Trump sur Twitter à l'intention de son homologue sud-coréen Moon Jae-In, partisan d'un dialogue avec le régime de Kim Jong-Un. Principal allié de Pyongyang, la Chine a "condamné vigoureusement" la nouvelle provocation nord-coréenne. Elle a également entrepris des contrôles de radiations nucléaires à sa frontière avec la Corée du Nord. (Belga)

Nos partenaires