Tensions avec la Corée du Nord - L'Allemagne réduit sa présence diplomatique en Corée du Nord

01/12/17 à 00:20 - Mise à jour à 00:22

Source: Belga

(Belga) L'Allemagne a réduit sa présence diplomatique en Corée du Nord et va continuer à le faire pour renforcer la "pression" contre le programme nucléaire nord-coréen, sans pour autant rappeler son ambassadeur, a annoncé jeudi à Washington le ministre allemand des Affaires étrangères.

"Nous avons déjà diminué le nombre d'employés de notre ambassade en Corée du Nord et nous allons le réduire à nouveau", a déclaré Sigmar Gabriel à l'issue d'une rencontre avec son homologue américain Rex Tillerson. Berlin a rappelé deux diplomates, s'apprête à en rapatrier un troisième et pourrait même aller au-delà en coordination avec les autres pays européens, a-t-il détaillé. Le chef de la diplomatie allemande a ajouté que Pyongyang avait également été appelé à "réduire son personnel diplomatique" à Berlin, sans plus de précisions. "Nous augmentons la pression diplomatique", mais "il faut avant tout mettre en oeuvre de manière stricte les sanctions déjà adoptées", a-t-il estimé. Les Etats-Unis font pression sur tous les pays pour qu'ils coupent leurs liens avec le régime de Kim Jong-Un. Pour autant, Rex Tillerson n'a pas demandé aux Allemands de rappeler leur ambassadeur à Pyongyang, a assuré Sigmar Gabriel. La porte-parole du département d'Etat américain Heather Nauert a confirmé qu'une telle demande n'avait pas été formulée durant l'entretien. Mercredi, elle avait affirmé devant la presse que les Etats-Unis demandaient "à l'Allemagne et aux autres pays autour du monde de rappeler leur ambassadeur" en Corée du Nord et "de réduire l'a taille" des missions nord-coréennes à l'étranger. Et l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley avait exhorté tous les pays à couper leurs relations diplomatiques avec Pyongyang. "C'est un succès", a assuré jeudi la porte-parole de la diplomatie américaine après les annonces allemandes. La chancelière allemande Angela Merkel avait exprimé en septembre son "désaccord clair" avec les "menaces" du président américain Donald Trump, qui brandit régulièrement l'option militaire contre la Corée du Nord. Mercredi, Nikki Haley a de nouveau menacé de "détruire complètement" le pays reclus en cas de guerre. (Belga)

Nos partenaires