Tensions avec la Corée du Nord - Des experts sceptiques après les annonces de Pyongyang

22/04/18 à 07:27 - Mise à jour à 07:28

Source: Belga

(Belga) L'annonce par la Corée du nord de la fin des essais nucléaires et des tests de missiles intercontinentaux laisse certains experts sceptiques sur les intentions réelles de Kim Jong Un et sur le crédit à accorder au président américain dans cette décision.

Plusieurs experts de la Corée du Nord accueillent l'annonce de Kim Jong Un avec scepticisme. Ils notent que le dirigeant n'a pas donné de signe d'un prochain désarmement et s'interrogent sur les concessions américaines en échange. "Toutes les décisions prises par Kim sont réversibles et ne sont que des mots et des promesses dans le vide, alors que la Corée du Nord n'est pas connue pour tenir ses promesses", affirme Harry Kazianis, spécialiste des questions de défense au centre de réflexion conservateur Center for the National Interest. Même si le dernier essai nucléaire nord-coréen remonte à septembre 2017, et le dernier lancement de missile balistique à novembre, M. Kazianis rappelle que Kim Jong Un pourrait rapidement relancer ces programmes s'il n'obtient pas ce qu'il veut lors du sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in, le 27 avril, puis dans ses discussions avec Donald Trump. Plusieurs autres analystes minimisent l'impact de l'annonce de Pyongyang, soulignant que si la Corée du Nord offre une pause dans les essais, elle réaffirme son statut de puissance nucléaire et ne va pas vers une dénucléarisation de la péninsule, la priorité américaine. Les observateurs marquent aussi leur méfiance à l'égard du Nord, après des décennies de fausses promesses sur son programme nucléaire. D'autres, comme Joel Wit, de l'Institut Américano-coréen à l'Université Johns Hopkins, se disent au contraire frustrés par cette vague de scepticisme. Selon lui, Kim Jong Un a montré clairement qu'il abandonnait son programme nucléaire pour moderniser l'économie. Le pays doit "maintenant se concentrer sur le développement de l'économie socialiste", a dit samedi le dirigeant nord-coréen. "Je ne sais pas ce qu'il faut aux gens pour être convaincus que c'est sérieux", dit M. Wit à l'AFP. Victor Cha, spécialiste de la Corée au Center for Strategic and International Studies, s'interroge sur la teneur des réponses américaines aux concession nord-coréennes. "Personne n'a examiné attentivement ce sur quoi l'administration américaine pense céder", a-t-il déclaré au site d'informations Axios, évoquant les sanctions, un traité de paix, la normalisation des relations, les exercices conjoints avec Séoul ou les systèmes de défense. (Belga)

Nos partenaires