TEC: les "adaptations" pour garder le budget 2015 à l'équilibre

10/12/14 à 17:23 - Mise à jour à 18:23

Source: Belga

Le conseil d'administration de la Société régionale wallonne du transport (SRWT), qui chapeaute les cinq TEC wallons, a approuvé mercredi son budget pour l'exercice 2015.

TEC: les "adaptations" pour garder le budget 2015 à l'équilibre

© Belga

L'équilibre du budget passe par quelques "adaptations de services" mais qui n'auront pas d'impact sur le personnel ni sur le réseau des transports en commun wallons, indique-t-on à la SRWT.

Pour maintenir son budget 2015 sur les rails, ce qui nécessite un effort de 6,1 millions d'euros, le groupe TEC avait notamment envisagé, dans un premier temps, une hausse des tarifs mais le gouvernement wallon y a opposé une fin de non-recevoir. La SRWT avait alors évoqué l'adoption de nouvelles mesures d'économies et de rationalisation de certains services.

Pour garder son budget en équilibre, le groupe TEC a donc décidé ce mercredi d'adaptations "à la marge" sur son réseau, ce qui entraînera la suppression ici ou là, en dehors des heures de pointe, de l'un ou l'autre service particulièrement peu fréquenté. Mais "il n'y aura pas de suppression de ligne", assure Stéphane Thiery, directeur marketing du groupe, tout en précisant que ces adaptations sur le réseau ne représentent que "0,15% du budget" de plus de 500 millions d'euros du groupe TEC.

Il n'y aura pas davantage d'augmentations tarifaires mais le "billet de dépannage", délivré par les conducteurs de bus aux voyageurs qui ne seront pas munis d'une carte "TEC it easy", augmentera à partir du 1er avril 2015 de 0,2 à 2 euros en fonction du titre de transport.

"Le budget n'aura pas d'impact sur le personnel ni sur le réseau", résume Stéphane Thiery.

Le conseil d'administration de la SRWT a par ailleurs décidé mercredi de poursuivre les négociations en vue de l'attribution du marché du tramway de Liège, avec un soumissionnaire préférentiel, à savoir le consortium Mobiliège emmené par les sociétés Alstom et BAM.

Cette décision, qui représente l'avant-dernière étape d'une procédure de marché public débutée en juillet 2012, intervient après l'analyse des offres finales remises par les deux derniers candidats en lice, Mobiliège (Alstom et BAM) et LegiaExpress (Bombardier et Vinci).

La ligne de tram liégeoise, construite via un partenariat public-privé, doit relier, à l'automne 2018, Sclessin à Coronmeuse. Elle sera également dotée d'une antenne jusqu'à Bressoux où sera construit un dépôt.

En savoir plus sur:

Nos partenaires