Pierre Havaux
Pierre Havaux
Journaliste
Opinion

17/11/14 à 11:03 - Mise à jour à 11:02

Taxer les opérations boursières remis en cause

S'en prendre fiscalement aux revenus du capital ? Le gouvernement Michel I se tâte et maintient la confusion. Il ne semble plus sûr de rien : son projet de budget 2015 s'interroge même sur l'opportunité de maintenir la taxe sur les opérations boursières...

Taxer les opérations boursières remis en cause

© Belga

Taxera, taxera pas ? Le suspense reste entier, insoutenable. Michel I s'emploie à le maintenir avec un talent consommé. Les partenaires de la coalition suédoise (N-VA - Open VLD - CD&V - MR), qu'ils soient ministres ou députés, soumettent les revenus du capital à un véritable supplice chinois.

Partager

Dans le dossier sur la taxe des opérations boursières, certains ministres ne semblent plus être tout à fait d'accord... avec eux-mêmes

A peine l'un a-t-il ouvert la porte à une possible taxation des plus-values sur actions, qu'un autre s'empresse de la refermer. Cerise sur le gâteau : certains ne semblent même plus être tout à fait d'accord avec eux-mêmes...

P'têt bien qu'oui, p'têt ben qu'non. Johan Van Overtveldt, après s'être aussi prêté à une réponse de Normand, a tranché. Le ministre des Finances s'est ressaisi. Ce week-end, il annonce son intention de clore le dossier et sa détermination à évacuer le sujet de l'agenda gouvernemental et à le reporter aux calendes grecques.

Johan Van Overtveldt peut tout craindre, sauf d'être désavoué par son parti, la N-VA. Hendrik Vuye, chef de groupe à la Chambre, s'est chargé d'annoncer la parade mise au point par le parti de Bart De Wever. Cibler fiscalement les revenus du capital ? Fort bien, discutons-en au gouvernement... "Mon groupe politique n'y voit pas d'inconvénient, mais ce sera naturellement l'occasion pour notre parti de proposer d'ouvrir le débat sur quelques autres thèmes." Des amateurs ?

Michel I estime d'ailleurs en faire déjà assez. Taxer les opérations boursières plus lourdement, ce n'est déjà pas si mal. Le gouvernement fédéral en attend 80 millions d'euros supplémentaires en 2015. La TOB, pour Taxe sur les opérations boursières, est acquise, le député MR Denis Ducarme l'a encore rappelé au nom de la majorité, ce dimanche sur le plateau télé. On croit comprendre que l'on ne reviendra pas là-dessus. Il reste juste à décoder la portée exacte de cette petite phrase glissée en bas de la page 84 du projet de budget 2015 qui vient d'être déposé à la Chambre par Michel I : "l'opportunité du maintien de la TOB sera examinée."

Nul doute qu'attendu à la Chambre ce mardi pour dévoiler sa politique aux députés, Johan van Overtveldt se fera un devoir de lever toute ambiguïté. Une de plus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires